Brabant Wallon Cinq filles de l’Athénée Royal Paul Delvaux ont créé la Woodbox, un baffle en bois qui fonctionne sans électricité.

Woodbox. Voilà le nom qu’ont donné les cinq élèves de rhétorique à l’Athénée Royal Paul Delvaux, antenne de Lauzelle à Louvain-la-Neuve, à leur mini-entreprise. "C’est notre projet de fin d’étude", explique Clara, une des élèves à l’origine du projet. La Woodbox est un amplificateur de son, une sorte de caisse de résonance pour smartphones.

Concrètement, l’usager doit mettre son téléphone intelligent dans la fente prévue à cet effet et mettre le volume. Démonstration à l’appui, ça fonctionne bien ! "Ici, c’est de la musique classique alors ça va très fort. Le son est plus faible avec des sons graves", avoue Cassandre. "La puissance dépend de l’ouverture latérale, car c’est par là que sort le son. Mais aussi du type de bois."

Pour leur Woodbox, les jeunes entrepreneuses ont opté pour du bois en pin. "L’amplification est bonne et ça nous permet de réaliser une fabrication 100 % belge. Et on voulait aussi être le plus écologique possible", ajoutent-elles. Ce projet est effectivement respectueux de l’environnement, puisqu’il ne consomme pas d’électricité.

Le projet Woodbox s’inscrit dans un cadre social. "La production se fait en partenariat avec la section menuiserie de l’Heureux abris, une école spécialisée de Momignies", complète Clara. Encore au stade de prototype, le produit devrait encore évoluer un peu. "On veut laisser la possibilité aux gens de choisir une couleur", continue Clara. Les choix ? Rouge, noir et bleu/turquoise. "On aimerait aussi y ajouter le logo de Woodbox qui pour le moment n’y est pas."

Autre amélioration, plus technique cette fois : des pieds. "Car le son est déformé à cause des vibrations sur la table où le Woodbox est posé. Il faut donc qu’il soit en hauteur", précise encore Clara. Pour acheter un Woodbox, il suffit de contacter ces jeunes entrepreneuses. "Soit par les réseaux sociaux : Facebook ou Instaram. Soit par e-mail à l’adresse cems.minientreprise2015@gmail.com", expliquent-elles.

Ensuite, des ventes physiques seront également organisées. Et pour ceux qui veulent soutenir le projet, des actions sont à vendre à 7 euros, via les mêmes canaux de communication.