Brabant Wallon

Ils se sont constitués parties civiles dans le cadre d'un dossier d'arnaque présumée.

Le volumineux dossier dit Capitalium, à charge notamment de plusieurs sociétés du même nom (Capitalium Consult, Capitalium SPRL, Capitalium Europe SA) et de la femme d'affaires Véronique Van Acker, est arrivé pour la première fois mardi devant le tribunal correctionnel du Brabant wallon.

Il s'agit d'un dossier d'escroquerie de grande ampleur, dans lequel on retrouve côté parties civiles des noms connus comme les footballeurs Mbo Mpenza et Luigi Pieroni. L'audience de mardi a servi à fixer un calendrier. Les parties civiles ne s'expliqueront sur le fond de l'affaire que le 9 janvier 2018.

Entre-temps, le tribunal rendra un premier jugement le 13 juin prochain désignant un tuteur ad hoc pour les sociétés en faillite, certains curateurs étant aussi parties civiles. Les différentes parties vont ensuite s'échanger des conclusions pour préparer les audiences prévues début 2018 pour l'examen du fond du dossier.

Plus d'une trentaine de parties civiles se sont constituées tandis qu'une quinzaine de prévenus (dont des personnes morales) sont poursuivis pour des préventions d'escroquerie, tentative d'escroquerie, blanchiment, faux et usage de faux, abus de biens sociaux, détournement d'actifs et association de malfaiteurs.

Les faits s'étalent de 2003 à 2010 et lorsque l'affaire a éclaté, on avait parlé d'escroqueries portant sur plus de 7 millions d'euros.

Le planning convenu mardi prévoit une instruction d'audience et les plaidoiries des parties civiles le 9 janvier 2018, des réquisitions le 16 janvier, et les plaidoiries des avocats de la défense durant une journée entière le 13 février.