Brabant Wallon Pour la première fois, on est passé sous la barre des 150 kg par an par habitant.

Pour la première fois depuis que des statistiques précises ont pu être mises sur pied, les habitants du Brabant wallon sont passés, en 2016, sous la barre des 150 kg d’ordures ménagères produites annuellement et individuellement, selon les chiffres collectés par l’Intercommunale du Brabant wallon (IBW), chargée de la gestion des déchets au niveau provincial. Chaque habitant de la province a ainsi produit une moyenne de 148,74 kg de détritus ménagers l’an dernier, contre 151,63 en 2015. Soit un total de 59.027 tonnes de déchets ménagers en 2016 contre 59.699 un an plus tôt.

Une évolution non négligeable qui ne signifie pas pour autant que les Brabançons ont produit moins de déchets en 2016. "Bien sûr, il y a eu un changement de mentalité ces dernières années et certaines personnes ont effectivement changé leur façon de consommer, précise Etienne Offergeld, le directeur du département déchets au sein de l’IBW. Mais je ne peux pas croire que les magasins puissent se féliciter de vendre plus et qu’il y ait moins de déchets produits chez les particuliers. Certes, le poids des emballages se réduit mais il y a sans doute aussi un transfert des ordures ménagères vers des filières de recyclage."

Et Etienne Offergeld de préciser que, l’an dernier, une commune a aussi commencé à faire des collectes de déchets organiques. "Ce sont autant de tonnes de déchets qui ne se sont pas retrouvées dans les collectes d’ordures ménagères classiques et qui sont déviées vers d’autres filières. Il faut aussi les prendre en compte."

Des déchets qui ne sont donc pas comptabilisés dans la production d’ordures ménagères. À cela s’ajoute également la mise en place du système de poubelles à puces du côté de Chastre dont les habitants ont vu leur production de déchets ménagers passer de 132 à 71,5 kg en un an. "Il y a visiblement eu un transfert des ordures ménagères vers des fractions recyclées, confie Etienne Offergeld. La production des déchets est peut-être la même mais ceux-ci ont été traités différemment et ailleurs."

Par ailleurs, l’adhésion de la population au tri des déchets semble se confirmer d’année en année. Ainsi, l’an dernier, pas moins de 41.525 tonnes de papiers-cartons, PMC et verre ont été récoltées en Brabant wallon. Un chiffre stable par rapport à 2015.

À l’inverse, le nombre de déchets verts récoltés est passé de 6.339 tonnes à 7.766. "Les parcs à conteneurs ont également connu une hausse mais il n’est pas impossible que certains habitants, pour éviter de payer pour leurs ordures ménagères, aient profité des parcs à conteneurs pour s’en débarrasser."

À terme, le nombre de kilos par habitant produits chaque année devrait encore diminuer, au profit des filières de recyclage. "Certains prédisent que l’on pourrait ne produire que 30 kg d’ordures ménagères par an et par habitant. Mais cela signifie que l’on devra changer notre façon de collecter ces déchets. Le système de collectes hebdomadaires au porte à porte risque de ne plus avoir de sens et je doute que les citoyens soient prêts à conserver leurs déchets durant un mois chez eux. On s’orienterait dès lors vers des collectes collectives (NDLR : les déchets seraient à déposer en un endroit précis et plus devant sa porte.) Il y a énormément de choses qui vont évoluer dans les prochains mois et les prochaines années. Et il faudra étudier toutes les solutions et possibilités, sachant que plusieurs peuvent coexister." Y. N.