Brabant Wallon La zone de police Brabant wallon est dresse un bilan positif de ses activités

Le Brabant wallon est considéré par beaucoup comme étant l’une des provinces les plus riches du pays. Un eldorado économique où tout ce qui se crée (ou presque) est gage de réussite et dont le cadre de vie attire les plus nantis… et les convoitises des voleurs peu scrupuleux qui n’hésitent pas à s’approprier le bien d’autrui.

Résultat : les cambriolages sont probablement la figure criminelle la plus problématique dans la Jeune Province et toutes les zones de police ont fait des vols dans les habitations l’une de leurs premières priorités. Les patrouilles, notamment nocturnes, se multiplient dans les zones les plus à risques et des caméras intelligentes permettront bientôt de repérer en temps réel les plaques d’immatriculation des véhicules suspects…

Si elle n’est pas la plus touchée par le phénomène dans la Jeune Province (seule la zone des Ardennes brabançonnes en a connu moins), la zone de police Brabant wallon est, qui couvre les territoires d’Hélécine, Jodoigne, Orp-Jauche, Perwez et Ramillies, a également mis les moyens pour lutter contre les cambriolages.

Il faut dire qu’en 2013, pas moins de 305 vols avec effraction avaient été commis dans des bâtiments situés sur son territoire. Après une forte baisse en 2014, on était remonté à 274 faits en 2015 et cela s’était stabilisé l’année suivante. Mais en 2017, le nombre de cambriolages est reparti à la baisse. On en a en effet enregistré 227 l’an dernier. Soit une baisse de 13,4 %.

C’est principalement dans les petites communes d’Orp-Jauche et Ramillies que la baisse de cambriolages s’est fait le plus ressentir. Dans la première, on est ainsi passés de 47 vols en 2016 à 31 l’an dernier. Dans la seconde, on est passé de 37 à 23 cambriolages.

Bien évidemment, c’est à Jodoigne, commune la plus peuplée, que le nombre de faits a été le plus important avec 101 faits enregistrés l’an dernier. Soit 44,4 % des vols commis sur le territoire de la zone de police. À Perwez (56 faits) et Hélécine (16 faits), les chiffres se sont stabilisés.

Enfin, il est à noter que, dans 84 % des faits, les immeubles cambriolés étaient des habitations privées, contre 11 % pour des entreprises ou des commerces et 5 % des bâtiments appartenant au service public.