Brabant Wallon L’élue provinciale s’en prend durement à l’échevine guibertine de l’urbanisme

Au soir des élections communales d’octobre 2012, les membres de la locale Ecolo, jusque-là réduits à chauffer les bancs de l’opposition, affichaient un large sourire : au vu des résultats des autres partis, ce sont les Verts qui allaient décider de la future majorité guibertine. Le lendemain, la messe était dite : le futur bourgmestre serait Ecolo, en la personne de Philippe Evrard.

On pensait alors que les Verts allaient profiter de la législature pour asseoir leur légitimité au pouvoir et devenir les grands favoris des prochaines élections. Mais au fil des mois, l’unité verte s’est quelque peu délitée.

Il faut dire que, sur les cinq élus au conseil communal, deux ont démissionné en cours de mandat tandis que le bourgmestre lui-même a annoncé, il y a quelques mois, qu’il ne serait pas candidat à sa succession.

Dernière sortie en date : celle de la députée provinciale Josiane Conrardy, qui annonce qu’elle ne se présentera pas sur la liste Ecolo aux prochaines élections communales. Elle avait pourtant montré son intérêt il y a quelques semaines encore. "En juin, j’ai effectivement déposé ma candidature pour figurer sur la liste Écolo à Mont-Saint-Guibert, confirme-t-elle. Déçue de la manière dont se déroule la confection de cette liste et vu le manque de transparence, j’ai décidé de me désister."

Et la conseillère provinciale de tacler ses anciens compères. "La deuxième place sera occupée par l’actuelle échevine de l’urbanisme [NdlR : Catherine Berael] qui, malgré ses dires, brigue ainsi un quatrième mandat puisqu’elle est mandataire communale depuis 2000. Je ne peux accepter ce manque de respect des statuts d’Ecolo."

Et Josiane Conrardy d’en rajouter une couche : "Le travail de l’échevine de l’urbanisme a constamment été décrié durant les six dernières années, où aucune amélioration concrète de la mobilité, de l’environnement et de l’urbanisme ne peut être mise à son actif. Bien pis, certains dossiers déjà bien avancés sous l’ancienne législature en sont toujours à l’état de simple projet…"