Brabant Wallon

La situation est revenue à la normale à présent

Il y a quelques semaines, les promeneurs qui ont l’habitude de se balader au parc de la Dodaine ont donné l’alerte en voyant un nombre anormalement élevé de poissons morts flottant à la surface des étangs. Il semble que le plus petit plan d’eau (où se trouvent les jets d’eau) ait d’abord été touché, suivi du plus grand où la pêche est autorisée.

La Ville a reçu le message, mais renvoyé à la Maison des sports puisque c’est celle-ci qui gère les infrastructures sportives, y compris l’étang de pêche. Mais pendant plusieurs jours, les poissons morts se sont accumulés, ce qui a d’ailleurs fait également réagir sur les réseaux sociaux, et une question a été posée au dernier conseil communal à propos de la réaction à adopter face à cette mortalité importante des carpes, tanches et autres gardons de la Dodaine.

L’échevin des Sports, Hubert Bertrand, avait répondu que des analyses de l’eau avaient été réalisées pour savoir si les étangs étaient victimes d’une pollution chimique, ou de bactéries mettant en danger la vie des poissons. Mais les résultats étaient négatifs et la Maison des sports a fait appel à un vétérinaire de la Région wallonne. Diverses données lui ont été transmises : dates de rempoissonnement et population des plans d’eau, symptômes observés sur les poissons, photographies de certains des cadavres…

Sur base de cet élément, le spécialiste a estimé qu’il s’agissait d’une infection virale, et n’a recommandé aucun traitement particulier. La Maison des sports a tout de même appliqué des mesures de prévention, à savoir un traitement à la coccolithe sur toute la superficie de l’étang. Hier, dans un communiqué de presse, les autorités communales ont précisé que le taux de mortalité pour les poissons était revenu à son niveau initial.