Brabant Wallon Le ministre d’État poussera une liste d’ouverture tirée par Maurice Dehu

Grosse surprise, hier soir à Nivelles : en dévoilant la liste socialiste pour les élections communales d’octobre prochain, André Flahaut a indiqué que ce serait l’ancien bourgmestre Maurice Dehu qui occuperait la première place.

Le ministre d’État , lui, figurera à la 29e et dernière place. "C’est un engagement à appuyer la liste pour qu’elle réussisse, précise André Flahaut. Avoir des responsabilités à l’extérieur comme les miennes rend un peu moins disponible - même si la proximité reste une de mes priorités - pour mener une campagne communale qui demande une énorme présence sur le terrain."

On sait aussi que les nouvelles règles en matière électorale indiquent que les trois premiers candidats d’une liste, s’ils font le nombre de voix suffisant pour faire partie du collège communal et refusent le poste, ne peuvent plus changer d’avis en cours de mandature.

C’est aussi une donnée à prendre en compte, en sachant qu’André Flahaut est pour l’instant ministre et a été élu en tant que député fédéral. "Avant de spéculer sur tel ou tel poste, il faut faire le maximum de voix et c’est notre objectif, précise André Flahaut. Nous voulons vraiment faire partie de la prochaine majorité, pour doter Nivelles d’un moteur politique fort et de relais à d’autres niveaux de pouvoir face à l’ampleur des défis qui s’annoncent. Je l’ai déjà dit aussi, je ne veux pas que ma personnalité puisse constituer un frein à une participation à la prochaine majorité."

À la deuxième place , derrière Maurice Dehu, on retrouve l’actuelle conseillère communale Céline Scokaert, suivie du conseiller François Noé. La quatrième place, tout comme la 12e, la 16e, la 17e et la 26e, restent libres pour l’instant. Le conseiller communal Louison Renault figure en cinquième position.

La liste n’est pas siglée PS : elle s’appellera Plus pour Nivelles. Y figurent aussi l’ancien conseiller communal André Decasteau, qui figurait de 2000 à 2012 sur la liste du bourgmestre Pierre Huart, ainsi que Claudy Epis qui a mené la fronde des pompiers volontaires contre la Ville.