Brabant Wallon Deux cents heures de travail pour une entrave méchante à la circulation

Alors qu’il venait de sortir de prison, Serge a eu affaire à la police de Nivelles, en février 2017. Des témoins ont appelé pour les alerter suite à un accident qui s’était produit sur la chaussée de Namur, à l’entrée de la ville, à proximité d’une station-service.

Le suspect a expliqué qu’il ne s’était rien passé : il sortait de la station lorsqu’un jeune homme circulant en scooter est arrivé en sens inverse. Il a tenté de l’éviter, s’est retrouvé sur l’autre bande et le cyclomotoriste aurait alors jeté son engin sous sa voiture.

La victime et un témoin ont raconté une histoire tout à fait différente. Le jeune homme qui conduisait le scooter était en réalité dans le shop de la pompe quelques minutes plus tôt.

Lorsqu’il est sorti, il a eu des mots avec un groupe d’hommes qui consommaient de l’alcool sur place, et dont Serge faisait partie. Ce dernier était virulent, lui a demandé s’il voulait se battre en lui expliquant qu’il n’était qu’un gamin, et qu’il n’avait pas peur de lui.

À ce moment-là, c’est un tiers qui s’est interposé pour que ça ne tourne pas mal. D’après ce que le témoin a compris, Serge reprochait au jeune homme de lui avoir fait un doigt d’honneur.

Le garçon est reparti sur son scooter en direction du centre-ville. Mais l’adulte a repris sa voiture, l’a dépassé puis est revenu en roulant sur l’autre bande, forçant le cyclomotoriste à se jeter au sol pour éviter la collision. "Ce n’est pas vrai du tout et je n’avais bu que du Coca", a objecté Serge devant le tribunal correctionnel, où il était cité pour entrave méchante à la circulation en situation de récidive.

Le tribunal vient de trancher : il estime que les faits sont bien établis. Serge écope dès lors d’une peine de 200 heures de travail et, en cas d’inexécution, d’un an de prison ferme.