Brabant Wallon Le circuit court sera mis à l’honneur sur la place Emile de Lalieux le samedi matin

En inaugurant ce week-end la traditionnelle foire agricole de Pentecôte, l’échevin aclot de l’agriculture, Pascal Rigot, n’a pas manqué de faire l’éloge des produits locaux et du savoir-faire des agriculteurs nivellois qui, bien que les temps soient difficiles, s’accrochent pour proposer une production de qualité. "La promotion de l’agriculture locale fait partie de l’Agenda 21 : pourquoi importer ce que nous avons chez nous ?, a indiqué l’échevin. Et les circuits courts, évidemment, sont les plus respectueux de l’environnement."

Voilà pour les discours, mais pour les actes ? Une annonce n’est pas passée inaperçue lundi matin : le collège a décidé d’inviter les agriculteurs à revenir sur le marché hebdomadaire. Précisément pour promouvoir les circuits courts - la vente directe du producteur au consommateur. Les agriculteurs pourront proposer leurs produits chaque samedi matin sur la place de Lalieux.

On se souviendra que la question du déplacement du marché aux fleurs, qui se tient sur la place de Lalieux depuis la rénovation de la Grand-Place, avait beaucoup agité Nivelles l’été dernier. Les maraîchers étaient demandeurs d’un retour sur la Grand-Place, pour bénéficier de la proximité de leurs collègues. Tandis que les commerçants de la place de Lalieux, eux, ne voulaient pas d’une place qui serve simplement de parking (vite saturé) le samedi…

L’idée du collège, c’est de permettre aux fleuristes de retourner à l’ombre des tours de la collégiale, mais de les remplacer par des producteurs locaux, qu’ils soient conventionnels ou spécialistes du bio. "On ne veut pas vider la place de Lalieux, confirme Pascal Rigot. C’est aussi la raison pour laquelle cela ne se fera pas tout de suite. La proposition est toute neuve et il faut que l’on s’assure d’un nombre suffisant de producteurs pour que tout cela fonctionne : on veut être sûr de notre coup quand ce sera lancé. Les vacances vont arriver très vite et on ne va pas tout chambouler maintenant. Je pense qu’on pourra démarrer au printemps prochain."