Brabant Wallon Un bureau d’études a évalué le potentiel aclot et chiffré les investissements

Après l’Agenda 21 et la récente signature de la Convention des maires, le collège aclot va encore plus loin dans les engagements et a présenté, au conseil communal d’hier soir, son propre Plan d’action énergie durable et climat (PAEDC).

Objectif déclaré : réduire de 40 % d’ici à 2030 les émissions de CO2 en terre aclote et, dans le même temps, développer les énergies renouvelables sur le territoire communal.

Le PAEDC va au-delà des discours : un diagnostic a été réalisé, montrant que des efforts ont déjà été faits de 2006 à 2014, mais surtout, le bureau d’études a fait un inventaire du potentiel nivellois pour proposer des solutions, traduites en actions concrètes à mener, et le tout est chiffré pour pouvoir évaluer l’investissement et les bénéfices espérés.

La mise en œuvre sera évidemment la tâche de la prochaine majorité mais l’effort n’est pas seulement réalisé au niveau des pouvoirs publics. Au contraire, l’inventaire du potentiel aclot s’intéresse à l’isolation des habitations, aux économies d’électricité que pourrait amener un changement de comportement des ménages, aux tonnes de CO2 qui pourraient être économisées par le remplacement des lave-linges, des réfrigérateurs, etc.

En tenant compte du développement de la ville et des nouvelles constructions à venir, le total théorique, d’après le PAEDC, peut aller jusqu’à près de 48.000 tonnes de CO2 économisées en 2030.

Évidemment, c’est un résultat sur papier mais, d’après l’échevin du Développement durable Pascal Rigot (Ecolo), une diminution de 40 % des émissions de CO2 en douze ans est tout à fait raisonnable si on met en œuvre le plan progressivement.

Parmi les actions envisagées, on trouve l’isolation d’une habitation sur trois, la mise sur la route de véhicules électriques, l’économie de 2.253 MWh par les entreprises qui amélioreront leur efficacité énergétique, la construction de dix éoliennes…

Total de l’investissement à répartir sur 12 ans : 236,8 millions d’euros, dont 2,8 millions pour la Ville, avec évidemment un retour sur investissement grâce aux économies d’énergie réalisées.