Brabant Wallon Pierre Huart, mis en cause par les occupants d’un immeuble, explique sa position

“Abus de pouvoir : Huart, nous ne bougerons pas d’ici.” Les mots affichés en grand sur une fenêtre d’un vaste immeuble du centre-ville sont forts et n’ont pas échappé aux Aclots qui se sont promenés à proximité de la Grand-Place. Ou simplement sur les réseaux sociaux, où la polémique a également été largement relayée.

Les faits ? L’ancien bâtiment de la banque Dexia est en travaux depuis un petit temps et des premiers locataires se sont installés la semaine dernière. Ils se sont logiquement rendus dans les bureaux de la Ville pour être domiciliés sur place et la police, dans le même temps, a attiré l’attention des autorités en expliquant que des gens commençaient effectivement à s’installer dans l’immeuble.

Comme il le fait très régulièrement, le bourgmestre Pierre Huart a alors organisé une visite sur place avec l’architecte communal, des membres de la police et des pompiers. Le résultat de cette “descente” a été la prise d’un arrêté d’inhabilité. Les pompiers, qui souvent octroient un avis positif sous condition, ont été plus radicaux en remettant un avis défavorable.

Ils ont notamment découvert un coffret électrique ouvert, des fils non protégés dans plusieurs endroits… “Il y avait des manquements à la fois en matière de salubrité et de sécurité, explique Pierre Huart. Nous avons auditionné le propriétaire jeudi, puis il est revenu samedi en compagnie des locataires. On me dit qu’il aurait fait quelques modifications en urgence, mais les choses ne fonctionnent pas comme cela et il le sait bien. Il doit également disposer d’un permis de location, qu’il n’a pas sollicité…

Les locataires, eux, ne peuvent pas rester sur place. Une proposition leur a été faite par le CPAS, mais ils l’ont refusée. “On n’a jamais mis les gens dehors de force, glisse Pierre Huart. On cherchera encore des solutions.