Brabant Wallon

Les riverains de la rue de Florival sont las d’attendre les travaux

GREZ-DOICEAU De la poudre aux yeux ? C’est le sentiment qui anime plusieurs habitants de la rue de Florival, à Grez-Doiceau, qui ne voient toujours pas arriver les travaux de réfection de leur rue, promis par les autorités communales.

Cela fait en effet des années que ceux-ci se plaignent d’une situation devenue insupportable pour eux. “Le bruit, les fissures dans la maison, la route et les trottoirs qui s’affaissent, le réveil nocturne et j’en passe…”, explique Annick Brise. “Les premières plaintes remontent à 2006. Depuis lors, un dialogue de sourds s’est installé et nos remarques n’ont jamais abouti…”

La rue de Florival est en fait un axe assez fréquenté car il relie la chaussée de Wavre à Florival, où sont basées les anciennes usines Tudor où plusieurs entreprises ont désormais leur siège dont le stockage du matériel de la Province du Brabant wallon mais aussi le site de formation de la protection civile et la station d’épuration de l’IBW.

Sans compter le transit des très nombreux usagers qui évitent le carrefour de Hamme-Mille et rejoignent la capitale par les petites routes. “Personnellement, j’ai conscience qu’il est très difficile d’empêcher le flux qui est continu, de jour comme de nuit. Le plus urgent est d’aménager la voirie car sa structure actuelle n’est pas adaptée à la circulation. Par contre, plusieurs voisins veulent également du concret en termes de radar, de limitation de vitesse et de tonnage ou encore d’aménagement de sécurité. Mais il faut savoir qu’un camion, même à 30 km/h, quand il passe la nuit cela nous fait sursauter !”

Les riverains ne comprennent pas pourquoi d’autres villages ont bénéficié d’aménagement comme Doiceau, le Stampia, Hèze, Pécrot ou même Bossut. “Et rien à Archennes ! On en a marre, c’est bon, ça suffit !”

Il y a bien eu quelques petits ralentisseurs voici une dizaine d’années et des chicanes. Les premiers ont été enlevés tandis que les chicanes sont placées dans une portion sinueuse.

À ces endroits, cela gêne effectivement le trafic, mais les nombreux usagers profitent des deux lignes droites qui sont situées face à la maison du Coullemont et à l’ancien café l’Abbaye pour accélérer et rattraper le temps perdu…



© La Dernière Heure 2012