Brabant Wallon Tête de liste Ecolo aux prochaines élections, Julie Chantry ne souhaite pas gouverner avec les libéraux. Interview

On le savait depuis les élections d’octobre 2012 : le troisième mandat de bourgmestre de Jean-Luc Roland (Ecolo) serait le dernier. Depuis quelques semaines, on sait que c’est à Julie Chantry que reviendra la tâche de mener la liste Ecolo aux prochaines élections. Avec, peut-être, à la clef un poste de bourgmestre à Ottignies.

Conseillère en 2012, échevine en 2015 et peut-être bourgmestre en 2018… Est-ce un hasard ou vous avez pris goût à la politique ?

"Un mélange des deux. Lorsque Cécile Lecharlier a démissionné en 2015, on a tous été surpris. Et moi la première quand il a fallu reprendre ses fonctions. Je n’aime pas la formulation qui dit qu’une fois dedans, on en veut toujours plus. Non. Lorsqu’on s’implique pour sa commune, lorsqu’on baigne dans la politique, on est simplement tenté d’aller plus loin pour la concrétisation des choses et de projets. Point."

Jacques Otlet (MR) disait que votre avantage est d’arriver toute blanche sur la ligne de départ grâce à vos compétences.

"C’étaient celles de Cécile Lecharlier. J’en ai hérité, je ne les ai pas choisies. Sa critique est donc un peu trop facile. Et puis, l’environnement est une compétence sensible car vous vous frottez à la population quotidiennement. Surtout lorsqu’il s’agit de propreté, de désherbages, de pesticides…"

Et être une femme, c’est une compétence ?

"Non. Je ne suis pas une féministe acharnée. Mais le mélange des genres est intéressant. La présence des femmes apporte surtout quelque chose de différent."

Quid de gouverner avec le deuxième plus grand parti de la commune, le MR ?

"Ont-ils analysé leur attitude au conseil communal envers la majorité ? Ont-ils analysé cette attitude destructrice qu’ils adoptent depuis des années ? Comment vouloir encore gouverner avec le MR ? Et au-delà de tout cela, la politique pratiquée par le MR au niveau fédéral ne nous donne vraiment pas envie de travailler avec eux."

Pourquoi voter Ecolo alors que vous avez signé un accord préélectoral avec le PS et le CDH ?

"Car les voix récoltées par chacun des trois partis de l’Alliance Citoyenne (Ecolo, Avenir, PS +) leur donneront du poids. Et ce poids sera proportionnel au collège et au conseil. Donc oui, l’électeur a encore son mot à dire sur la force à donner sur chacun des partis."

Et donc, pourquoi Ecolo et pas Avenir ou PS + ?

"Car on travaille dans l’intérêt collectif de tous. On réfléchit de manière globale pour les citoyens. Ça ne veut pas dire que c’est la solution la plus réclamée. Par exemple, pour l’aménagement du territoire, on ne défend pas uniquement l’intérêt du promoteur. Mais plus globalement l’intérêt des autres acteurs autour d’un projet. Défendre un intérêt individuel ? C’est non. Un intérêt collectif ? Oui."