Brabant Wallon La Ville et le TEC sont tombés sur un accord

L’annonce avait fait grand bruit dans le quartier ottintois. Depuis le 1er août, le TEC a supprimé deux arrêts dans la rue de La Chapelle et du Bauloy. Leurs arguments ? La limitation de la vitesse à 20 km/h, l’hostilité de quelques riverains, la complexité du passage pour les bus avec des bacs de fleurs de part et d’autre de la chaussée et le partage de la voirie avec les usagers faibles. Le tout a attisé le sentiment d’insécurité des chauffeurs.

Dans la foulée, une pétition recueillant plus de 200 signatures pour le retour de la ligne de bus dans le quartier avait été déposée sur la table du collège communal.

Ce mardi, le conseil communal d’OLLN devait se prononcer sur une motion au TEC pour le maintien de la ligne de bus 31. Mais pas la peine pour les élus de statuer. "Nous devons retirer le point à l’ordre du jour tout simplement parce que de nouvelles discussions avec les responsables du TEC font état d’un retour des bus dans cette zone", a précisé l’échevin de la Mobilité, David da Câmara Gomes (Ecolo). "Il faudra dès lors adapter les dispositifs sur le terrain."

Cédric du Monceau (CDH), en a profité pour se dire "heureux" qu’une situation ait été trouvée durant l’été.

Pour Jacques Otlet (OLLN 2.0), son parti politique avait même l’intention de déposer un texte obligeant les bus à circuler dans cette rue. "S’il le fallait, on proposait de supprimer les bacs de fleurs dès demain matin ! Les bus doivent passer dans cette rue ! Je ne vois pas pourquoi on devrait changer les habitudes des citoyens à cause d’une brochette de nouveaux riverains qui débarquent dans le quartier", a-t-il précisé, un rien énervé.

"Je vous rassure Monsieur Otlet, en tant qu’échevin de la Mobilité et écologiste, j’aurai tout fait pour que ce bus revienne !", a réaffirmé David da Câmara Gomes.