Brabant Wallon

La femme de 45 ans n'était pas dans son état normal et a été transférée dans un hôpital psychiatrique


C'est une affaire un peu particulière et spéciale qui a été mise au goût du jour par le parquet de Nivelles ce lundi. "On marche sur des oeufs dans ce dossier", précise d'ailleurs le Procureur du Roi.

Concrètement, une Perwézienne âgée de 45 ans s'est visiblement disputée avec son compagnon. En effet, elle n'aurait pas accepté que ce dernier ne veuille plus vivre avec elle et leur fils âgé de neuf ans. L'homme en question a d'ailleurs quitté l'habitation mais c'est un voisin qui a trouvé la situation suspecte. Intrigué par le fait que la porte d'entrée restait fermée sans raison, il a alerté les services de police afin que ces derniers fassent un petit tour pour s'assurer que tout était en ordre.

Sur place, les forces de l'ordre ont constaté que la Perwézienne n'était pas dans son état normal. Elle a d'ailleurs rapidement été transportée vers la clinique Saint-Pierre qui l'a ensuite transférée vers l'hôpital psychiatrique du Beau Vallon à Namur. Il faut dire qu'elle aurait visiblement tenté d'empoisonner son fils.

Celui-ci a en effet expliqué avoir peur de continuer de vivre avec sa mère étant donné que celle-ci lui avait administré des médicaments. Il a également été placé en milieu hospitalier mais ses jours ne sont pas en danger. Quant à sa mère, un mandat d'arrêt de chef de tentative d'assassinat a été délivré à son encontre.