Brabant Wallon L’appel des autorités communales de Perwez a été un franc succès

Il y a quelques semaines, les autorités communales mettaient sur pied un budget coopératif. L’idée : permettre aux habitants de proposer leurs projets, avec un budget qui leur est entièrement dédié. Si dans un premier temps, celui-ci s’élevait à 100.000 euros, face à la demande, il a été augmenté de 50 %. "Les Perwéziens ont été nombreux à répondre à notre appel, au-delà même de nos espérances, explique André Antoine, le bourgmestre en titre. Dix-sept projets issus de différents quartiers ont été remis au collège. Celui-ci, après analyse par les services communaux, en a sélectionné onze, qui soit seront réalisés par les équipes communales soit feront l’objet d’une inscription budgétaire."

Et ces onze projets , quels sont-ils ? On commence avec la création et l’aménagement d’un préau à l’école de la Farandole à Thorembais-Saint-Trond (30.000 euros). Le second, c’est l’adoption d’un nouveau projet pédagogique au sein de l’école "Les Apprentis sages" à Malèves, par l’implantation de la méthode Félicitée (30.000 euros). Troisième projet : l’aménagement d’un éclairage public le long du Ravel, jusqu’à l’accès vers l’agorespace des Tourterelles (25.000 euros). On parle aussi de l’installation de bacs fleuris et de dispositifs de sécurité au sein du quartier Piron rue Ravel, 4 Vents, Baron Wigny (6.500 euros). Cinquième projet : l’aménagement du parc d’Orbais et l’achat de matériel d’animation (15.000 euros).

On notera également l’achat de matériel d’animation et de convivialité déposé par le comité de quartier de Jausselette (10.000 euros), le réaménagement des sentiers rue de la Frête et rue d’Alvaux (3.000 euros), l’achat d’un biblio-car (10.000 euros), le placement de cendriers urbains sollicité (1.000 euros), l’achat d’équipements pour l’ASBL La Contrée afin de leur permettre d’assurer leurs activités en faveur de l’enfance et de la jeunesse défavorisées (5.000 euros) et enfin, l’achat et la plantation d’arbres (10.000 euros). "Six autres projets n’ont pu être retenus, soit parce qu’ils dépassaient les montants déterminés, soit parce qu’ils nécessitaient des études techniques plus poussées, soit parce qu’ils étaient déjà portés par d’autres groupes ou alors parce qu’ils étaient non éligibles. Au total, 11 des 17 projets rentrés se concrétiseront cette année, passant de la proposition à la réalisation", conclut André Antoine.