Plus de 600 stages citoyens pour les 15-18 ans

Laurence Dumonceau Publié le - Mis à jour le

Brabant Wallon

Délibère-toi propose aux jeunes de s’impliquer dans des associations, fin juin

OTTIGNIES-LLN Les jours blancs, période de délibérations pendant lesquelles les élèves n’ont plus cours, sont une occasion pour les jeunes de décompresser et de faire la fête. Mais depuis 2011, suite à des débordements causés par une consommation excessive d’alcool, les jeunes se sont vus proposer de se rendre utiles à la collectivité, mais aussi de participer à un festival.

Objectif de cette initiative menée par le collectif Délibère-toi qui regroupe Univers Santé, l’ASBL Bouts de Ficelle, l’AMO La Chaloupe, le centre nerveux et le service prévention de la ville d’Ottignies-LLN : rendre ces jours blancs plus citoyens, moins risqués et moins vides de sens, permettre aux jeunes de rencontrer et d’échanger avec le monde associatif et d’acquérir des compétences. L’an dernier, ce sont 120 jeunes qui ont décidé de se rendre utiles chez Sans Collier, pour le Contrat de Rivière ou dans des maisons de repos. D’autres ont suivi un stage chez TV Com ou suivi une formation BEPS auprès de la Croix Rouge.

Le collectif Délibère-toi a donc décidé de remettre le couvert, cette année, du 21 au 29 juin, en élargissant son public-cible, puisque les 3e s’ajoutent aux 4e, 5e et 6e secondaire.

Le projet s’étend à Wavre, Jodoigne et Braine-l’Alleud, en plus d’Ottignies, Court-Saint-Etienne, Mont-Saint-Guibert et Waterloo. Concrètement, plus de 600 stages dans des domaines aussi variés que la solidarité, l’enfance, le handicap, la santé, l’environnement, le travail manuel, les médias, mais aussi dans le cadre du festival (décoration, communication, montagne technique)… sont proposés. Les inscriptions (avant le 20 juin) se font via le site www.deliberetoi.be qui reprend la liste des stages, mais aussi un film présentant l’initiative et des témoignages de jeunes qui y ont déjà participé. Seul regret pour Luc Descamps, directeur de la Chaloupe : le manque de soutien de la Communauté française.

“Si la ministre Simonet a encouragé le projet, nous n’avons pas de soutien financier, alors que cela permet aux jeunes de sortir de l’école et de découvrir les secteurs associatif et culturels devraient se développer partout en Wallonie.”



© La Dernière Heure 2012
Publicité clickBoxBanner