Brabant Wallon Des propos d’une échevine envers une conseillère à Court-Saint-Étienne.

Il n’y a pas qu’à Charleroi que certains élus peuvent avoir des propos déplacés. Le dernier conseil communal de Court-Saint-Étienne (Brabant wallon) en a été la preuve. En effet, la conseillère indépendante Maryline Charlier, qui vient de quitter le PS, a interpellé le collège communal sur le contenu des pages Facebook de certaines écoles communales. Et la réponse de l’échevine Alberte Herent (MR) n’a pas traîné : "Vous travaillez à la Gestapo ?", a-t-elle lancé à l’attention de Maryline Charlier.

Laquelle a décidé de déposer plainte auprès de l’administration communale et de la ministre des Pouvoirs locaux, Valérie De Bue. "Mon interpellation n’était en rien dérangeante, estime Maryline Charlier. On trouve des photos des élèves à visage découvert sur les pages Facebook des écoles. Des parents m’avaient alertée à ce sujet. Je me suis inquiétée de savoir si les parents avaient donné l’autorisation de diffuser ces photos et quelle était la politique de la majorité quant au droit à l’image au sein des écoles communales."

Et Maryline Charlier de poursuivre : "Non seulement l’échevine semblait ignorer l’utilisation des réseaux sociaux par les écoles mais, beaucoup plus grave, elle a réagi à mon interpellation en me demandant si je travaillais pour la Gestapo ! Sait-elle encore ce que c’est la Gestapo dans l’Histoire ? Dans l’opposition, je joue mon rôle."

Contactée, l’échevine de l’Enseignement Alberte Herent (MR) assume ses propos. "Oui, j’ai dit cela au dernier conseil communal. Mais cette conseillère s’immisce dans tous les sujets qui concernent les écoles, estime-t-elle. Par exemple, elle contacte les surveillants pour savoir s’ils sont payés régulièrement. Depuis qu’elle est là, elle monte les gens les uns contre les autres, même au sein des écoles et du personnel de garderie."

Ce à quoi réagit Maryline Charlier : "Moi ? M’immiscer dans les dossiers ? Je ne suis intervenue que deux fois sur des sujets concernant l’enseignement !"