Brabant Wallon

Allait-il poursuivre ou, à l’âge de la retraite sonné, allait-il faire un pas de côté pour mieux s’occuper des siens… La réponse est enfin tombée : Guy Molens (ARC) ne se représentera pas en octobre prochain. "Ma décision est prise et, sauf retournement exceptionnel de situation, rien ni personne ne pourra la modifier. La politique, pour moi, c’est terminé. Toutes ces années à défendre des causes, des valeurs, des projets, avec la particularité à Ramillies de prêcher dans le vide et de ne pas avoir d’autre débat que ‘non’ pour toute réponse ou, tout le moins, aucune justification des choix posés, cela lasse au fil des ans."

Pourtant, cet hiver, Guy Molens avait pris part aux rencontres citoyennes et l’on pouvait croire que l’homme avait toujours l’envie de poursuivre. "Bien sûr que cela a été un choix difficile. Ce qui s’est passé depuis l’éviction de Jean-Jacques Mathy du collège à Ramillies allait dans le bon sens. Un regroupement général pour proposer une véritable alternative forte aux habitants. Mais plusieurs points me posaient néanmoins des problèmes. Le regret tout d’abord qu’Ecolo se présente seul, et non avec le reste de l’opposition, et puis, j’avoue que travailler avec certains candidats ne me plaisait pas trop, eu égard au passé."

Le fait aussi de ne pas être tête de liste a probablement joué dans la balance au moment de poser son choix. Une décision qui aura pour conséquence que la liste ARC ne sera plus présente dans le futur paysage politique ramillois. "J’en ai parlé à d’autres et, au final, ARC terminera la législature avant de disparaître. Certains candidats ont le profil pour rejoindre la liste Ramillies en marche de Jean-Jacques Mathy. Je suis cependant très surpris d’apprendre que Roland de Ghellinck n’a non seulement pas donné suite à l’invitation de l’ex-échevin, mais qu’il a par ailleurs décidé de rejoindre les Intérêts communaux du bourgmestre Danny Degrauwe. En 2006, Roland avait été parmi les candidats d’ARC qui refusaient l’offre de Danny de les rejoindre dans la majorité, avec un poste d’échevin à la clé…"