Brabant Wallon Si personne ne veut confirmer, la décision de la commission va embarrasser la majorité

À Ramillies, l’implantation souhaitée par Eneco de neuf éoliennes sur la plaine de Boneffe fait débat depuis de très nombreuses années. Le Conseil d’État a en effet déjà annulé à trois reprises la demande de permis. En 2012, l’annulation portait sur le caractère non compensable de l’impact du projet sur l’avifaune riche de la plaine de Boneffe.

En 2015, on évoquait le dépassement des limites de bruit en ce qui concerne les nuisances sonores occasionnées par l’exploitation du parc éolien. Et enfin, en 2018, c’est l’absence de motivation valable du ministre de s’écarter des avis rendus depuis 2010 par les instances officielles que sont DNF, le CWEDD, le DEMNA qui s’opposent au projet en raison des retombées non compensables sur la biodiversité présente dans le Plaine (168 espèces d’oiseaux dont certains sont des espèces protégées comme le busard cendré, le vanneau huppé…) qui a été retenu.

On le sait, une association, Plaine de Vie, mais aussi Natagora et, bien utile, la commune de Ramillies, s’activent pour empêcher la construction de ces éoliennes.

Mais voilà qu’alors que l’enquête publique se termine le 23 avril prochain, on apprend que la CCATM (Commission consultative communale d’aménagement du territoire et de mobilité) viendrait de remettre un avis à l’opposé de celui du collège, et qui donc, marquerait son accord pour ces 9 éoliennes. Aucune des deux parties ne souhaite s’exprimer sur le sujet actuellement, mais il est clair que ce positionnement risque de faire parler de lui !