Brabant Wallon Pour le bourgmestre en titre, cela occasionnerait trop de désagréments pour les résidents

Nouvelle preuve de la tension qui existe au sein même du collège communal de Rebecq entre les différents partis au pouvoir : récemment, le groupe emmené par Sophie Keymolen, Objectif Citoyens, proposait d’installer un bureau de vote à destination des seniors et des PMR au sein même de la résidence d’Arenberg. "Nous avons constaté que notre proposition n’a pu être entendue au sein du collège, déplorent les co-présidents du parti. Étant donné l’obtention récente du label Handicity 2018 pour notre commune ainsi que les dernières circulaires ministérielles encourageant cette ‘décentralisation’ de bureaux de vote en faveur des seniors, il nous semblait tout naturel de nous inscrire dans la démarche de la promotion de l’accessibilité au vote pour les personnes à mobilité réduite et de la participation des plus âgés."

Même si la proposition a été entendue, visiblement, elle n’aurait pas vraiment été débattue lors du dernier collège. "Il est regrettable de constater que bien que la proposition fût sur la table, elle n’a pas été débattue et que la seule proposition faite a été l’organisation d’un transport vers les bureaux habituels pour les personnes dont la mobilité est réduite. Pourquoi ce qui est possible dans d’autres communes ne pourrait pas l’être à Rebecq ?", se questionnent les co-président d’Objectif Citoyens qui demandent aux Rebecquois qui le souhaitent de se mobiliser en exprimant leur intérêt pour une telle initiative auprès de l’administration communale.

Du côté du bourgmestre en titre, Dimitri Legasse, on explique cette décision par un souci de respect de la tranquillité des résidents de la résidence d’Arenberg. "Installer un bureau de vote occasionnerait d’importants désagréments sous prétexte de vouloir faciliter la vie à des personnes âgées qui résident à Rebecq mais qui n’y sont pas spécialement domiciliées."

Et d’ajouter que le passage d’environ 650 personnes pendant la journée n’est pas ce qu’il y a de plus reposant non plus. "L’idée peut paraître sexy mais cela demande beaucoup d’organisation et causerait trop de tracas pour les résidents. C’est pourquoi il a été décidé d’organiser un transport pour ces personnes", conclut Dimitri Legasse.