Brabant Wallon Une peine de travail pour un livreur de cocaïne qui sillonnait le Brabant wallon

Le 29 décembre 2016, des contrôles routiers étaient organisés dans la zone de police de la Mazerine, dans le cadre de la campagne Bob. Et les policiers ont remarqué qu’à l’approche d’un de ces dispositifs une voiture a fait demi-tour en espérant passer inaperçue.

Raté : le véhicule a été repéré et a été pris en chasse. Le conducteur a dû s’arrêter et il n’avait pas consommé d’alcool. La voiture, qui avait été louée, était en ordre. Pourquoi s’être soustrait au contrôle, alors ?

Fouad B., qui était seul à bord, semblait assez nerveux. Il a été fouillé et les agents ont trouvé sur lui une somme d’un peu plus de 1.000 euros. Les policiers avaient vu qu’avant d’être rattrapé le conducteur semblait s’être débarrassé d’un objet. Ils avaient une petite idée, d’autant que le même conducteur avait déjà été contrôlé auparavant du côté de la Hulpe après déjà une petite course-poursuite. Et il avait également 1.000 euros sur lui…

À dix mètres de la voiture, les agents ont retrouvé une chaussette contenant dix-huit pacsons de cocaïne. Le suspect s’est montré peu bavard, précisant juste qu’il ne vendait pas mais qu’il était chargé des livraisons. Des commanditaires dont il ne voulait rien dire lui envoyaient une adresse, fournissaient une voiture de location et il devait remplir sa mission…

Le tribunal, qui a entendu à l’audience les aveux du prévenu, souligne la gravité des faits mais aussi l’absence d’antécédents judiciaires, le jeune âge de l’intéressé et le respect des conditions mises à sa libération après un mois de détention préventive.

Fouad s’en tire pour cette fois avec une peine de travail de 250 heures. S’il ne la fait pas, c’est une peine de quinze mois de prison ferme qui sera appliquée. Il écope aussi d’une amende de 6.000 euros assortie d’un sursis pour ce qui excède 900 euros et un montant de 1.400 euros lui est confisqué.