Brabant Wallon Raphaël Galeri, l’attaquant du Tempo Overijse, a joué avec Mathieu Biot (Waterloo) au White Star.

Samedi soir, Waterloo se déplace au Tempo Overijse. Plus qu’un match au sommet face au leader, c’est aussi l’occasion de retrouvailles entre Raphaël Galeri, l’attaquant du Tempo, et Mathieu Biot, joueur-entraîneur de Waterloo. Raphaël Galeri était très proche du Waterlootois lors de son époque étoilée. "Nous avons joué quelques saisons ensemble et quelques tours finals. Mathieu était déjà là à mon arrivée, c’était le capitaine de cette belle époque. L’équipe changeait chaque année, mais on a noué une belle relation avec Mathieu, que ce soit sur ou en dehors du terrain", se rappelle l’attaquant.

S’ils se revoient de temps en temps, les deux anciens équipiers n’ont jamais eu l’occasion de s’affronter. "Je suis parti du côté d’Anvers et on n’a jamais joué dans les mêmes divisions. À l’aller, nous étions sur le banc et ce week-end, il sera suspendu. C’est dommage."

Aujourd’hui, Mathieu Biot est devenu coach à Waterloo. Est-ce qu’à l’époque, vous le sentiez capable d’endosser un tel rôle ? "Il a une bonne vision du jeu et un sens du positionnement depuis son poste de défenseur central. Les joueurs qui ont de telles qualités, qui comprennent aussi bien le jeu ont de quoi devenir entraîneur. Je ne sais pas vraiment s’il voulait devenir entraîneur, mais je lui souhaite bonne chance."

Ce week-end, le duel entre le leader et Waterloo vaudra la peine d’être vu. "C’est un match au sommet entre le premier et le cinquième. Waterloo dispose d’une belle équipe, ce sera un bel affrontement."

Waterloo devra l’emporter pour rester au contact du podium alors que le Tempo ne peut pas se louper dans sa lutte pour le titre avec les Francs Borains. "Avec deux points d’avance à dix matches de la fin, on ne peut plus se cacher. On va tout faire pour aller chercher le titre, même si la lutte sera serrée avec les Francs Borains. Ce sera un beau final jusqu’à la dernière journée de championnat."

Cette lutte pour le titre, Raphaël espère en faire partie. "Je suis souvent sur le banc cette année. Je n’ai pas l’habitude de cette situation, mais c’est le foot et puis l’équipe tourne bien."

Sébastien Sterpigny