Brabant Wallon

Il a expliqué avoir simplement demandé son chemin à la fillette. Le parquet de Nivelles à des doutes

L'audition du suspect interpellé jeudi après-midi à la suite d'une potentielle tentative d'enlèvement n'a pas permis de lever certaines zones d'ombre, a indiqué, ce vendredi, le parquet du Brabant wallon.

Pour rappel, une jeune fille âgée de 12 ans est arrivée en courant à l'école de Loupoigne, totalement traumatisée. Elle a expliqué aux instituteurs et la directrice qu'une voiture de couleur grise était arrivée brusquement et que son conducteur lui avait demandé de monter dans son véhicule. La jeune fille s'était encourue mais, d'après la directrice, le véhicule suspect aurait fait marche arrière pour revenir à hauteur de la fillette et son conducteur lui aurait redemandé de monter dans la voiture.

Finalement, la jeune fille de 12 ans est parvenue jusqu'à l'école où elle s'est réfugiée. Immédiatement, la police avait été avertie et, vers 14 h, on apprenait que l'auteur des faits avait été interpellé grâce au témoignage de son employeur. Ce dernier s'était montré intrigué par l’importance de l’événement largement relayé par les réseaux sociaux.

L'auteur des faits a donc été auditionné et ses explications ne semblent pas convaincre le parquet du Brabant wallon. L’intéressé a reconnu s’être trouvé aux abords de l’établissement mais, selon lui, il aurait simplement voulu demander son chemin.

Une explication qui semble sujette à caution. Pourquoi s’adresser à un enfant pour obtenir réponse à une telle question ? Qui plus est, cet homme est censé connaître le quartier et il s’avère que l’élève, une enfant considérée comme calme et sans problème, est visiblement perturbée par ce qui lui est arrivé. Difficile à croire que ce traumatisme est seulement dû à une personne qui lui aurait demandé le chemin...

Le service local de recherches de la zone de police de Nivelles-Genappe va poursuivre son enquête pour tenter d'élucider cette affaire.