Brabant Wallon Une Tubizienne s’est fait tirer dessus à de multiples reprises par son compagnon

Dans la nuit de jeudi à vendredi, peu avant 4 h du matin, plusieurs habitants de l’avenue du Hain, à Clabecq, ont été réveillés par des détonations en provenance du numéro 8. "J’ai entendu 3-4 détonations, confie Vincent, habitant juste en face. Je pensais que c’étaient encore des gamins qui jouaient avec des pétards comme c’est souvent le cas. Je suis sorti pour voir ce qu’il s’était passé et j’ai vu un individu sortir de la maison d’en face. Je n’ai pas eu le réflexe de noter sa plaque ni de me lancer à sa poursuite. J’ai alors entendu la voisine appeler au secours et j’ai directement pris contact avec la police."

L’origine de ces détonations était en réalité beaucoup plus grave que de simples pétards : le fuyard, né en 1985, venait de tirer à plusieurs reprises en direction de sa compagne, la blessant grièvement au bras, à la cuisse et au tibia.

Quelques minutes auparavant, l’homme avait fait irruption chez sa compagne avant qu’une dispute éclate entre eux. "Il est alors retourné à sa voiture, a saisi une arme à feu et est venu la décharger dans l’habitation, en visant notamment sa compagne", précise le procureur du Roi de Nivelles, Jean-Claude Elslander.

Trois balles au total la toucheront. "Et on a relevé sept impacts de balle dans les murs et les meubles", précise le procureur du Roi.

Après les faits, l’agresseur a pris la fuite en voiture, avant de se rendre de lui-même au commissariat de police. Entre-temps, les voisins étaient venus porter assistance à la victime. "Je suis allé chez elle pour lui porter secours et un autre voisin était déjà sur place pour la maintenir éveillée, explique Vincent. Elle était étendue dans le salon, en état de choc et dans une mare de sang."

Vincent et son voisin ont alors réalisé les premiers gestes en attendant l’arrivée des pompiers. "Nous avons fait un garrot pour éviter qu’elle ne tombe dans les pommes."

Hospitalisée dans un état grave, la jeune femme a été opérée dans la journée de vendredi. "Ses jours n’étaient a priori pas en danger", précise le procureur du Roi de Nivelles.

La victime avait emménagé il y a quelques jours dans sa nouvelle habitation. Il semble que la police ait déjà dû intervenir plusieurs fois pour des disputes avec son agresseur, racontent certains voisins. L’auteur des faits devait être auditionné hier après-midi. Un mandat d’arrêt du chef de tentative de meurtre a été décerné à son encontre.