Brabant Wallon

Un quinquagénaire de Tubize affirmait avoir enlevé les poignées pour les laver

Le couple que formaient une dame et Jean-Claude R., un quinquagénaire tubizien, a une vie plutôt compliquée. Le 9 janvier dernier, l’homme est en effet venu s’expliquer devant le tribunal pour des violences conjugales et a obtenu une peine de probation autonome. Sauf que deux jours plus tard, sa compagne a déposé plainte à nouveau et cette fois, le gaillard s’est retrouvé sous mandat d’arrêt.

Il faut dire que ses réactions de jalousie inquiètent sérieusement le parquet. Pour les nouveaux faits, suspectant sa compagne d’infidélité parce qu’elle aurait repris des contacts avec son ex, il a fouillé ses factures de téléphone et brisé son GSM. Puis il lui a mis un couteau sur la gorge pour lui montrer jusqu’où il pourrait aller.

Et finalement , il a enfermé la dame dans son logement. Pas simplement en fermant la porte à clé : Jean-Claude R. avait même démonté les poignées des fenêtres pour qu’elle ne puisse vraiment pas sortir de l’appartement !

Interrogé par la police puis par la présidente du tribunal correctionnel, le Tubizien a reconnu certains comportements, en les justifiant par sa nervosité.

Mais il affirme qu’il ne s’est pas servi d’un couteau et pour l’histoire des poignées de fenêtres, à le suivre, il les a juste démontées pour les nettoyer de manière optimale… "Je le dis franchement : j’ai peur pour Madame, a commenté la substitut à l’audience. Il y a très peu de remise en question et lorsque le prévenu a comparu en chambre du conseil, il ne pensait qu’à une chose : la retrouver, alors qu’il y a une procédure en divorce qui est entamée. C’est peut-être dur à entendre pour lui, mais si Madame ne veut plus le voir, c’est fini, c’est tout ! Elle a très peur et la seule chose de nature à la rassurer, c’est qu’il se retrouve en prison…"

Le jugement est tombé hier matin : 15 mois d’emprisonnement avec un sursis probatoire pour la moitié de cette peine.