Brabant Wallon Sandy tire la sonnette d’alarme et s’inquiète de cette situation

Boire l’eau de distribution d’Oisquercq, visiblement, depuis plusieurs mois maintenant, ce n’est plus vraiment conseillé voire parfois même répugnant. C’est Sandy, une habitante du quartier, qui tire la sonnette d’alarme sur les réseaux sociaux. "Cela dure depuis plusieurs mois et la couleur de l’eau est régulièrement brunâtre, déplore cette Oisquercquoise. Parfois, elle sent mauvais et nous sommes vraiment inquiets de ce que nous consommons, surtout à ce prix."

Et malgré plusieurs demandes d’interventions, la situation n’évolue guère depuis des semaines. "La situation actuelle est au point zéro ! À chaque fois que nous contactons la SWDE (Société wallonne des eaux), ils me disent qu’ils vont envoyer un technicien pour purger le réseau mais ce n’est qu’un emplâtre sur une jambe de bois pour essayer de nous endormir."

Selon Sandy, "les différents techniciens que nous avons vus nous ont dit qu’il fallait absolument changer les canalisations car elles sont vétustes et se dégradent. Les résidus de rouille et autres crasses finissent dans notre eau de tous les jours. Des prélèvements ont été réalisés et analysés et le résultat est sans appel : un taux anormal de plomb et de fer dans l’eau."

Et forcément, consommer cette eau ne fait plus partie des habitudes de la famille. "Nous ne consommons plus notre eau. Nous n’avons pas d’autre choix que d’utiliser cette eau étant donné que c’est notre seule source pour la maison mais nous ne la buvons pas. Nous sommes révoltés de cette situation car la SWDE a le monopole et est le seul fournisseur d’eau donc nous sommes pieds et poings liés", continue Sandy.

Une situation qu’elle ne compte plus laisser perdurer bien longtemps. "Nous ne supportons plus de subir des augmentations et des factures d’eau pour une qualité aussi médiocre. Nous n’avons pas encore contacté les autorités communales mais nous allons bientôt le faire. Nous trouvons cela honteux et c’est pour cette raison que nous avons décidé de réagir et de partager cette situation avec tout le monde" , conclut Sandy.