Brabant Wallon

Certains sont venus à vélo. D’autres ont préféré amener leur bicyclette en voiture. Mais tous ont fait dans les deux sens les 1.800 mètres de piste cyclable récemment aménagés le long de la Nationale 4 entre le carrefour de Corbais et le rond-point avec la N 25.

Dans la foule rassemblée sur le parking d’une brasserie bien connue : des membres du Gracq (groupe de recherche et d’action des cyclistes quotidiens), des autorités locales de Mont-Saint-Guibert, Chaumont-Gistoux, Chastre, Ottignies… et deux demoiselles.

Pas n’importe lesquelles puisque Maud Bailly et Emilie Guillaume sont en fait les initiatrices du mouvement qui a mené à la réalisation de ces deux bandes rouges.

"À l’origine, nous étions alors en 2007, nous habitions une maison à Corbais et étudiions à Louvain-la-Neuve", rappelle la première nommée. "En réalité, lorsque nous avons lancé notre pétition, nous avons directement reçu énormément de soutien, notamment de la part du Gracq. Puis ont suivi des négociations avec la Région wallonne… qui a finalement pris un temps que, personnellement, j’estime scandaleux, pour concrétiser le projet. Enfin, je suis tout de même contente qu’il y ait quelque chose, désormais."

Reste que si sourire il y avait, hier, il n’était pas total. Les membres du Gracq auraient en effet préféré une piste réellement séparée de la route. "Mais, dans ce cas-là, il aurait fallu procéder à des expropriations, assurer l’écoulement des eaux…", a rappelé Philippe Degand, du Gracq Brabant wallon. "Le budget aurait explosé et le délai aussi. Nous avons donc accepté cette solution-ci car un tiens vaut mieux que deux tu ne l’auras pas."

Ce qui n’a pas empêché les cyclistes quotidiens de mettre le doigt sur un autre problème : le tronçon entre Corbais et Nil-Saint-Vincent. "Il est inadmissible de laisser la piste actuelle dans cet état-là", a clamé Philippe Degand devant des représentants de l’administration wallonne et du gouvernement. "Espérons dès lors pouvoir inaugurer ce tronçon rénové l’année prochaine."

Optimisme ou utopie ?