Brabant Wallon

Le sosie Johnny Call est notamment connu pour avoir participé à Y a pas pire conducteur

C’est avec un véritable poids sur le cœur que Johnny Call s’est réveillé, ce mercredi matin, dans son habitation de la rue de Piétrain à Jodoigne. Quelques instants avant, sa compagne venait de lui annoncer l’inconcevable : Johnny Hallyday, son idole de toujours, était décédé durant la nuit. “Ca m’a fait un énorme choc, confie le Jodoignois. Je n’arrivais plus à dormir. Je suis fan de Johnny depuis sa première apparition à la télévision. Plus qu’une idole, c’est quelqu’un que je vénérais. Il faisait partie de la famille.”

Un membre de la famille dont Johnny Call a peu à peu épousé les traits. “Il y a de ça plus de 20 ans, l’infirmière qui soignait ma mère m’a dit que j’avais des airs de Johnny. Je me suis dit pourquoi pas. Pour rigoler, j’ai laissé pousser le bouc et les cheveux et j’ai mis des vestes en cuir. Avec ma moto – une Yamaha imitation Harley -, la ressemblance était frappante. Et je me suis pris au jeu.”

Peu à peu, Josephde son vrai prénom est devenu Johnny Call et presque plus personne ne le connaît sous son vrai nom. “Même mes amis m’appellent Johnny. Mais je n’ai jamais voulu être Johnny. Je voulais juste l’imiter. Mais il est inimitable. C’est un type hors norme. C'était une légende vivante”

Johnny Call, qui possède la même voix rauque reconnaissable entre mille, n’est plus âgé de son idole que de trois ans, ce qui renforce la ressemblance. “Pendant mes loisirs, j’ai fait plusieurs concerts. Notamment avec une amie chanteuse de country, Maria Parma. Et les spectateurs me félicitaient pour la ressemblance. Quand je suis allé sur la route 66 aux États-Unis, certains m’ont même pris pour le vrai Johnny.”

Mais attention, Joseph, qui a participé par le passé à l’émission Y a pas pire conducteur sur la RTBF, ne s’est jamais pris pour Johnny. “J’ai toujours voulu rester moi-même. Je n’ai jamais voulu usurper son identité. Se faire passer pour Johnny est un sacrilège. Moi, je ne suis qu’un sosie. La vraie star, c’est lui.”

S’il a assisté à plusieurs concerts de l’idole des jeunes, Johnny Call n’a jamais pu rencontrer le vrai Johnny. “C’est probablement l’un de mes plus grands regrets. J’aurais aimé lui parler. Ne fût-ce que quelques secondes.”

Aujourd’hui, c’est donc une page qui se tourne pour celui qui collectionnait aussi les disques, photos dédicacées et autres posters de la star. “J’ai des montres, des réveils et même un buste de Johnny. Mais cela ne me rendra pas Johnny. J’ai perdu l’appétit. J’ai un énorme poids sur le cœur. À 76 ans, je sais qu’il ne me reste plus trop longtemps. Quand je serai mort, je veux d’ailleurs que ma chanson d’adieu soit Aimer vivre. C’est une merveille de chanson. Et elle est de circonstances.”