Brabant Wallon Un appel à témoins a été lancé par le bourgmestre. Même si la thèse du chien errant est privilégiée

L’appel à témoins aurait pu ressembler à un poisson d’avril s’il n’avait pas été relayé par le bourgmestre Emmanuel Burton lui-même sur les réseaux sociaux. Un loup se serait-il installé dans la campagne villersoise ?

Mardi soir, le bourgmestre a interrogé ses citoyens après que plusieurs d’entre eux ont aperçu un animal qui ressemblait de très près à un loup dans la rue de Sart. "Je viens de recevoir un témoignage m’indiquant que plusieurs véhicules se sont arrêtés rue de Sart ce matin vers 9 h 37 pour observer un loup (?)", commence-t-il "Quelqu’un aurait-il vu quelque chose ou aurait-il entendu parler de cet événement ?"

Si beaucoup se sont amusés de la demande, plusieurs témoignages en faveur du retour du canidé en Brabant wallon se sont fait entendre. "Suite à ce post Facebook, j’ai maintenant trois témoignages", confie le bourgmestre. "Deux pour ce mardi matin et un pour une date antérieure. Mais à chaque fois dans le même périmètre."

Ces témoins affirment avoir vu un loup rôder dans la rue de Sart. Sans toutefois être parvenus à en prendre une photo. Le mystère demeure donc toujours quant à savoir si le canidé observé est un chien ressemblant à un loup, comme un husky par exemple, ou s’il s’agissait réellement d’un loup.

Pour rappel, des loups ont été aperçus ces dernières semaines en Campine et dans le Limbourg. Et il ne serait pas impossible qu’ils viennent s’installer dans les bois brabançons.

Sarah, une habitante de Villers, pencherait davantage pour un grand chien errant : "C’est un chien qui vient d’une maison rue de Sart. Je l’avais suivi avec ma voiture sur la route et j’avais retrouvé le propriétaire. Ils viennent d’emménager et, quand ils ne sont pas là, le chien arrive a s’échapper de temps en temps."

La théorie du chien errant est aussi celle privilégiée par le bourgmestre, qui préférait tout de même s’en assurer.