Brabant Wallon

Le PS en ordre de marche pour les régionales

BRUXELLES Malmené par les sondages? le PS bruxellois bouclait, ce dimanche, le gros de sa liste pour les régionales (lire en page 6). Pour compléter les 10 premières places, citons Rudi Vervoort (5e), Mohamed Daif (8e), la bourgmestre de Ganshoren? Michèle Carthé? et Sfia Bouarfa (10e). "Un subtil équilibre qui fait la part belle à la relève et à la jeunesse", relevait-on en coulisse. L'exercice, comme à chaque fois, fait des heureux et des déçus.

Parmi les premiers , Philippe Close, l'ambitieux échevin du Tourisme à la Ville de Bruxelles? s'attaque pour la première fois à l'échelon régional. Onzième, il se place juste devant, dans l'ordre, les députés sortants Julie Fizman et Rachid Madrane. Un peu plus loin, et à la dernière des places qui donnent les meilleures chances d'élection, le bourgmestre d'Ixelles. Willy Decourty est quinzième.

Au numéro 17, un petit jeune à nouveau, Grégor Chapelle. S'il est élu, l'échevin de l'Emploi devrait abandonner son siège au collège forestois, conformément aux statuts de sa section. Jean-Pierre Van Gorp, l'ex-FDF schaerbeekois passé au PS avant les dernières communales, prend le numéro 21. Un peu plus loin dans le ventre mou, celui qui allait "faire bouger le PS", l'ancien échevin écolo à la ville, Henri Simons.

Chez les déçus , on trouve par exemple le Schaerbeekois Emin Oskara, qui s'attendait sans doute à mieux que sa 29e place. Ou encore Souad Razzouk (28) et Nadia El yousfi (22). Au bout de la liste, en soutien donc, relevons encore Jean Demannez (69), bourgmestre de Saint-Josse, et la députée fédérale et échevine bruxelloise Karine Lalieux (70).

Dans les autres partis, les choses ne sont pas encore aussi claires. Surtout au MR et au CDH d'Armand De Decker et de Benoît Cerexhe.



© La Dernière Heure 2009