Brabant Wallon Selon le directeur, des membres de la CSC ont mis son bureau à sac.

Ce jeudi matin, une action organisée par la CSC enseignement devant le collège saint François d’assises a complètement dégénéré. Si cette branche de la CSC distribuait des tracts aux élèves (la direction affirme ne pas avoir été prévenue), ils ont été rejoints par un groupe de la CSC alimentation.

Et c’est la que tout a dégénéré. Non content des conditions de travail des hommes d’entretien, ils se sont fait entendre. “Ils ont encerclé notre ouvrier et lui ont pris son.badge qui permet d’ouvrir les locaux”, explique jean pol vanschepdael, le directeur.

La suite, c’est un saccage. “Ils sont montés dans le bureau de la direction et tout a été retourné ! Ils ont tout cassé ! Tout le monde est sous le choc mais on se serre les coudes.”

Les 600 élèves ont été licenciés pour aujourd’hui mais le directeur l’assure : “Demain, les cours reprennent.” Une plainte a été déposée à la police qui est venue constater les faits sur place.

Contacté par l'agence Belga, le permanent CSC Serge Demanet dit ne pas être "au courant d'un tel méfait et cela m'étonnerait que l'auteur soit une personne qui participait à l'action ce matin. Nous sommes restés devant les grilles et le site de l'école est sécurisé. Enfin, c'est peut-être l'occasion pour le directeur de faire le tri dans son bureau..."

L'action de la CSC était couverte par un préavis de grève. Le syndicat réclame qu'un accord prévoyant la revalorisation des salaires des ouvriers et employés dans les écoles de l'enseignement libre soit appliqué mais affirme qu'il y a un blocage du SEGEC sur cette question. Le piquet de grève établi jeudi matin devant le collège Saint-François d'Assise de Tubize visait à sensibiliser les professeurs à cet égard.

© Brys


© Brys

© brys