Brabant Wallon

La Province va faire une proposition à la Région pour sortir de l’impasse actuelle

La réforme des maisons du tourisme (MT), annoncée par la majorité régionale dès 2014 dans un souci de simplification et de rationalisation, est aujourd’hui un échec en Brabant wallon. L’idée de passer de cinq à trois MT dans la Jeune Province ne s’est pas concrétisée et les sanctions financières - une diminution drastiques des subsides pour les récalcitrants - prévues par le Gouvernement wallon mettent l’avenir des MT existantes en péril.

Celle du pays de Villers est en liquidation, et celle du Roman Païs (Nivelles) n’existera plus au 1er janvier 2018. Seule la MT de la Hesbaye brabançonne, qui couvre sept communes au départ de Jodoigne, a été reconnue jusqu’en 2019. Les vingt autres communes ne sont pas parvenues à s’entendre sur le fonctionnement et le financement des deux MT à créer.

Le collège provincial vient d’élaborer une proposition pour sortir de l’impasse, et l’a soumise cette semaine aux communes lors d’un conseil « 27+1 » à huis-clos. L’idée est de créer une seule maison du tourisme couvrant l’entièreté du territoire provincial. Ou plus exactement deux puis une MT unique dans un deuxième temps: celle de Jodoigne, déjà reconnue, pourra rejoindre la nouvelle structure en 2019.

La nouvelle MT ne s’occuperait que des missions de promotion touristique (flyers et brochures, participation à des salons, confection de package…) tandis que les 18 syndicats d’initiative et office du tourisme existant se chargeraient de l’accueil des touristes sur le terrain et de l’animation, c’est-à-dire de l’organisation d’événements touristiques. L’accueil pourrait également être organisé en partenariat avec d’autres opérateurs, y compris privés.

En plus du financement prévu actuellement - qui sera réparti autrement, en fonction des missions de chacun -, les communes paieraient 0,10 euros par habitant pour la nouvelle asbl. Celle-ci absorbera l’actuelle fédération touristique du Brabant wallon, qui emploie huit personnes. Cinq emplois supplémentaires seraient créés.