Brabant Wallon Une enquête publique est ouverte pour le réaménagement des aires autoroutières

Il y a maintenant près d’un an, la Région wallonne décidait de céder la concession des aires autoroutières E411 de Bierges, auparavant détenue par Esso, au groupe Total, pour une durée de 20 ans. Avec deux conditions à la clef : l’interdiction (respectée) d’y vendre de l’alcool au 1er septembre 2017 et le réaménagement des infrastructures actuelles pour le 1er septembre 2019 au plus tard.

En août dernier, les responsables de Total Belgium espéraient pouvoir commencer les travaux au printemps. "La demande de permis sera bientôt introduite, précisait alors le porte-parole Pascal De Crem. Et il faudra compter environ six mois pour obtenir ce permis. Nous espérons pouvoir lancer les travaux au printemps 2018. Nous avons un délai de deux ans pour ouvrir la nouvelle station et aménager l’aire autoroutière. Nous serons dans les temps."

Aujourd’hui pourtant, les travaux n’ont toujours pas débuté. Et ils devraient finalement prendre plus de temps que prévu. La demande de permis a été introduite il y a quelques semaines et l’enquête publique vient seulement de débuter. Au mieux, si le permis est accordé, les travaux pourraient débuter à l’automne prochain. Les délais seront donc serrés.

Quant au projet à proprement parler, il porte sur un réaménagement complet des deux aires autoroutières. Les infrastructures actuelles, quelque peu désuètes, seront rasées pour être remplacées par des bâtiments plus modernes offrant les services classiques des aires autoroutières comme un shop, un restaurant et une sandwicherie mais également d’autres services comme un coin business avec connexion wi-fi, de vrais sanitaires, des commerces de producteurs locaux ainsi que des bornes de recharges pour véhicules électriques et des pompes accessibles aux personnes à mobilité réduite.

Le parking en direction de Bruxelles sera également agrandi de 86 places voitures et 50 poids lourds tandis qu’un parking de covoiturage de 170 places sera également créé. En direction de Namur, 157 places de stationnement seront créées, dont 35 à destination des poids lourds. Le tout pour un investissement estimé à près d’1,9 million d’euros.