Brabant Wallon La cour d’assises a tiré au sort les jurés qui siégeront à partir de jeudi à Nivelles

La présidente Laurence Massart l’a expliqué hier après-midi à la centaine de candidats jurés convoqués au nouveau palais de justice de Nivelles : le procès auquel ils peuvent participer à partir de jeudi sera sans doute la dernière cour d’assises organisée en Brabant wallon, ou alors l’une des toutes dernières.

C’est que la loi a changé et que les crimes les plus graves, maintenant, peuvent pratiquement tous être examinés par le tribunal correctionnel… En tout cas, c’est cette cour d’assises qui tranchera, à la fin de la semaine prochaine ou au début de la semaine suivante, sur le sort d’Hassen Ben Ammar.

Cet habitant de Villers-la-Ville avait appelé le 101, le dimanche 19 janvier 2014 en soirée, en expliquant qu’il venait de poignarder son épouse Delphine Purnelle, et la mère de celle-ci. À l’arrivée des secours dans la maison de la rue de la Batterie, il n’y avait plus rien à faire pour Delphine Purnelle : frappée de deux coups de couteau à l’abdomen, elle est décédée sur place. Sa mère, elle, avait reçu davantage de coups de couteau de la part de son beau-fils, mais elle était toujours vivante. Gravement blessée, elle a survécu.

Quant à Hassen Ben Ammar, il était resté sur place et les policiers qui l’ont interpellé ont expliqué qu’il était très calme, et tenait son jeune enfant dans ses bras. L’entente dans le couple était très dégradée, et Delphine avait l’intention de divorcer. L’accusé, lui, lui reprochait de consommer du cannabis.

Huit femmes et quatre hommes ont été tirés au sort hier après-midi. Ils plancheront sur le dossier durant une dizaine de jours. L’accusé est défendu par Mes Couquelet et De Quévy.