Brabant Wallon Pour le bourgmestre Burton, des lignes régulières valent mieux qu’un Proxibus

C’est une demande récurrente des citoyens villersois : la commune est certes agréable mais les possibilités de transports en commun sont plus que réduites à partir de certains villages.

À plusieurs reprises, l’opposition et des habitants ont d’ailleurs sollicité la commune pour mettre en œuvre une navette interne de type de Proxibus, afin de résoudre au moins partiellement ce problème.

Le bourgmestre Emmanuel Burton, lui, estime que c’est impayable : se basant sur l’expérience d’entités proches, il constate qu’un Proxibus coûte environ 90.000 € par an à une commune. Et à Villers-la-Ville, compte tenu de l’éloignement et de la disposition des différents villages, il faudrait au moins deux circuits - et donc deux bus - pour faire de la gare de Villers un point central…

Ce que veut le maïeur, c’est que le service soit assuré par les Tec. Mais jusqu’à présent, deux objections lui étaient opposées : allonger le circuit des bus qui passent déjà à proximité risque d’être problématique pour les correspondances à la gare de Nivelles, et un Proxibus financé par la commune peut résoudre le problème. "Avec l’augmentation de l’offre de trains au départ de la gare de Nivelles, l’argument des correspondances ne tient plus, indique Emmanuel Burton. Quant à reporter la dépense sur la commune, j’ai trouvé un rapport de la Cour des comptes de mars 2016, à propos du dossier RER, qui insiste sur les manquements des Tec : une convention de 2003 prévoit que De Lijn, la Stib et les Tec doivent alimenter les gares en voyageurs pour créer une mobilité publique multimodale."

En clair, c’est la compétence des Tec de relier la gare de Villers aux villages voisins. Ce point de vue, la commune l’a fait valoir en décembre auprès des responsables des Tec, et ceux-ci ont indiqué qu’ils allaient examiner la question.

La commune compte également contacter le collège des Hayeffes (Mont-Saint-Guibert) pour examiner les possibilités d’un transport scolaire vers cette école toute proche et pourtant mal desservie depuis Villers.