Brabant Wallon Le bourgmestre a dû prendre des mesures rapides, vendredi, contre la maladie de Newcastle

La maladie de Newcastle, vous connaissez ? Cette paramyxovirose ne touche pas l’homme, mais, pour les volailles, elle est très dangereuse. Pratiquement toutes les espèces d’oiseaux y sont sensibles et parfois, lorsqu’il s’agit d’une souche très agressive, elle peut entraîner d’importantes mortalités. Le virus se transmet par contact entre les oiseaux mais aussi via l’eau, les aliments ou même l’air.

En Belgique, les vétérinaires qui constatent qu’un oiseau est touché par cette maladie doivent le signaler directement et c’est ce qui s’est passé vendredi à Villers-la-Ville. L’Afsca (Agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire), vers 16h, a prévenu le bourgmestre Emmanuel Burton qu’une volaille détenue par un particulier habitant à la rue de Gentissart, entre Tilly et Mellery, était touchée par cette maladie de Newcastle.

Agriculteur, le maïeur villersois n’a pas traîné pour prendre des mesures radicales. Comme le demandait l’Afsca d’ailleurs. Un avis à la population a été distribué dès hier soir dans les boîtes aux lettres de tous les particuliers - a priori, il n’y a pas d’éleveurs professionnels de volailles dans la zone - dans un rayon de 500 mètres autour du foyer de paramyxovirose. Cette distance est retenue pour définir une zone de protection dans laquelle tous les détenteurs de volailles et pigeons devront déclarer leurs animaux à la commune avant lundi à midi, et doivent faire vacciner ces animaux (à l’exception des canards, oies et cailles naines) dans les 48 heures.

Les transports de volailles, de pigeons et même d’œufs couvés sont interdits dans ce périmètre, sauf dérogation de l’Afsca. Idem pour le transport et l’épandage de litière ou de fumier de volailles. Et tous les pigeons doivent être confinés. L’accès aux pigeonniers est interdit, sauf à ceux qui s’occupent habituellement des pigeons et devra appliquer les mesures de désinfection préconisées par l’Afsca. Toutes les mesures prises, récapitulées dans un courrier de la commune, sont d’application jusqu’au 13 juillet prochain.