Brabant Wallon La victime avait subi 4 mois d’incapacité. Ses agresseurs sont condamnés

L’ambiance était plutôt bonne, le 10 septembre 2017, lors de la course de caisses à savon organisée à Mont-Saint-Guibert. Roger, un quinquagénaire stéphanois, était d’ailleurs d’humeur à plaisanter et a interpellé une jeune fille en se moquant de son petit ami.

Il lui a demandé si elle sortait avec un Chinois, ce qui a vexé le jeune homme. Et le ton est monté. Un homme d’origine polonaise, qui assistait à la scène, s’est dit qu’il valait mieux tenter de calmer les esprits avant que ça ne tourne à l’aigre. Mais c’est lui qui a reçu un coup de la part de Roger…

C’est alors que Julien, le fils du quinquagénaire, est arrivé et a vu que son père était en difficulté. Il est entré dans la danse et s’en est pris à celui qui venait d’être traité de Chinois.

Puis est arrivé… un Italien. Qui n’est autre que le copain de la sœur de Julien et lui aussi s’en est pris au "Chinois" mais en lui donnant un coup à pleine puissance, alors qu’il arrivait en courant.

La victime est tombée au sol très lourdement, et a perdu beaucoup de sang. Elle a subi une incapacité de plus de quatre mois.

L’Italien, mineur d’âge, a été poursuivi devant les juridictions de la jeunesse. Roger et son fils, en revanche, se sont retrouvés sur le banc des prévenus du tribunal correctionnel.

Tous deux ont des antécédents spécifiques mais à les suivre, le jour des faits, ils n’ont fait que se défendre alors que les autres avaient préparé une attaque contre eux suite à cette plaisanterie pas très méchante.

La présidente, étonnée par cette version, a dès lors demandé aux prévenus si finalement, la justice ne s’était pas trompée, et qu’il ne faudrait pas les installer sur le banc des parties civiles. Roger n’a manifestement pas compris l’ironie de la remarque. "Mais oui, bien sûr !", a-t-il répondu avec conviction. Le jugement rendu mardi ne va pas dans ce sens. Il condamne Julien, en état de récidive, à deux ans d’emprisonnement assortis d’un sursis probatoire durant cinq ans. Son père, lui, écope de cinq mois de prison avec un sursis simple durant trois ans.