Brabant Wallon Un débat mais pas de vote sur le fond après discussion sur la motion

Le conseil communal de Braine-l’Alleud a évoqué lundi soir la motion déposée par les partis d’opposition Ecolo et IB, à propos du projet de loi du gouvernement fédéral sur les visites domiciliaires.

Pour les verts, qui ont rappelé que 19 communes sur 27 en Brabant wallon avaient voté ce type de motion appelant au rejet du texte, le sujet est lié à la citoyenneté et au respect des droits de l’Homme. "Une criminalisation de l’accueil", a renchéri IB, l’autre groupe de l’opposition.

Le bourgmestre Vincent Scourneau, député MR à la chambre, attendait ses contradicteurs au tournant. Il a expliqué que le projet, suspendu actuellement, a pour objectif d’encadrer ces visites domiciliaires. Et que les dispositions fustigées par l’opposition sont un copié-collé d’une loi votée en 2010 pour lutter contre la fraude sociale. Sans remous à l’époque…

Et le maïeur de préciser que Thérèse Snoy, parlementaire en 2010, ne s’était pas opposée à cette loi. Et d’ajouter encore que les migrants du parc Maximilien ne sont pas concernés par le projet - à la différence de ceux qui sont en bout de procédure après avoir reçu un ordre de quitter le territoire -, pas plus que ceux qui les hébergent ne risquent quelque chose, puisque s’ils le font pour motif humanitaire, ils ne peuvent pas être condamnés. "C’est une gesticulation politique !, a affirmé Vincent Scourneau. Mais on va être très respectueux et on va dire que la motion n’est pas d’intérêt communal…" La majorité a voté dans ce sens.