Brabant Wallon Le bourgmestre en titre de Jodoigne veut lancer le débat en Brabant wallon

En 1977, la Belgique est passée de plus de 2.500 à 589 communes. Aujourd’hui, Jean-Paul Wahl, bourgmestre en titre de Jodoigne, envisage une nouvelle fusion. "C’est un sujet qui revient de temps en temps sur la table, mais je pense qu’il sera vraiment nécessaire d’y penser pour 2024 ou 2030", confie-t-il.

Selon lui, les autorités communales ont de plus en plus de difficultés financières à assurer leurs missions : "La population augmente, la vie se complexifie et les communes ont de plus en plus de matière à traiter. Mais les moyens financiers sont difficiles à faire suivre…"

Sa solution ? Une nouvelle fusion des communes. "Je souhaite vraiment lancer le débat à ce sujet, car sans cela, les communes ne seront plus capables de faire face à leurs charges et dépenses à l’avenir. S’il n’y avait pas eu la fusion en 1977, certaines ne surviraient plus aujourd’hui d’ailleurs, car la réalité de la vie n’est plus du tout la même."

Jean-Paul Wahl imagine donc des communes fusionnées de 30.000 à 50.000 habitants, dirigées par un collège et un conseil communal communs, où chaque entité serait représentée et garderait une part d’autonomie. "Cela permettrait de mener une politique supra-communale beaucoup plus efficace et avec les moyens financiers adéquats. Des économies d’échelle seraient faites, que ce soit en termes de matériel ou de personnel communal. Le nombre d’employés ne serait pas diminué, mais ils pourraient être plus spécialisés."

Selon le plan de Wahl, les six communes de l’est du Brabant wallon ne formeraient plus qu’un seul territoire. "Il y a déjà beaucoup de synergies entre nous, notamment grâce au GAL Culturalité, mais il faut aller plus loin et mettre en place un cadre institutionnel, car actuellement, cela ne fonctionne que grâce à notre bonne entente."

Mais cette nouvelle fusion ne fera-t-elle pas disparaître l’âme des villages ? "Cela n’a pas été le cas en 1977 et je pense que cet esprit typique restera à travers le temps. Mais attention, ce n’est pas parce qu’on parle de fusion que tout sera centralisé dans les villes. Il faut garder des maisons de village et des commerces de proximité", assure Jean-Paul Wahl.

En Flandre, 15 communes ont déjà pris la décision de fusionner pour former 7 nouvelles entités à partir du 1er janvier 2019.