Brabant Wallon Le parc d’attractions a reçu le précieux sésame pour entamer sa mue

Il y a un peu plus d’un an, le parc d’attractions Walibi présentait un vaste plan de redéploiement qui prévoyait de réaménager, pour un montant total de 100 millions d’euros, pas moins de 75 % du parc actuel. Objectif : redynamiser le site touristique le plus fréquenté du Brabant wallon, en modernisant notamment certaines attractions.

Les travaux doivent s’étaler jusqu’en 2023 et certains ont déjà eu lieu. On pense notamment à la création du Tiki-Waka, dans la zone exotique, ou encore l’extension du parc aquatique Aqualibi.

Pour les autres travaux, les responsables du parc ont introduit une demande de permis intégré au début de l’année et elle avait débouché sur la réalisation d’une enquête publique en avril. Et les fonctionnaires technique et délégué de la Région wallonne viennent d’accorder le précieux permis.

Sans recours introduit d’ici une vingtaine de jours, le parc d’attractions pourra effectivement commencer les travaux même si l’on sait que Walibi a l’habitude de réaliser ses travaux une fois la saison estivale terminée.

Concrètement, le projet porté par le parc consiste notamment en l’extension de la surface du parc de 4,5 hectares avec une nouvelle zone qui sera érigée derrière le Dalton Terror. Dix nouvelles attractions dont quatre coasters seront créées dont une montagne russe dont Walibi affirme aujourd’hui qu’elle deviendra la plus haute de tout le Benelux ! Cette dernière devrait culminer à 53 mètres de hauteur et emmener les amateurs à plus de 100 km/h. 

Le parc d’attractions sera également redessiné en huit zones thématiques comme les Caraïbes, le Western ou encore l’Asie. Conséquence plus regrettable : le petit train qui fait le tour du parc passera aux oubliettes.

À terme, la nouvelle formule de Walibi permettra d’embaucher 40 équivalents temps plein qui viendront s’ajouter aux 300 équivalents temps plein employés au sein du groupe.