Brabant Wallon La commune a reçu une lettre officielle de l’avocat du propriétaire qui s’occupe de l’actuelle vente du bien

Depuis quelques semaines, l’inquiétude était grandissante au sein du quartier du Chenois à Waterloo. En cause : la rumeur de la vente future du château de la Rose situé à l’angle de la rue Emile Dury et de la rue Saint-Germain et les interrogations qui planaient autour de son avenir.

Une pétition pour le préserver a été mise sur pied par les habitants qui ont également interpellé la bourgmestre, Florence Reuter, lors du conseil communal. "Tout d’abord, je tiens à préciser que je n’ai jamais reçu cette pétition sur mon bureau, note Florence Reuter. Je pense qu’il aurait été plus facile de venir nous voir pour travailler ensemble."

Néanmoins, la bourgmestre de la cité du Lion avait annoncé qu’elle était à l’écoute des Waterlootois et il y a quelques jours, elle a reçu une bonne nouvelle : "Après avoir effectué de nombreuses recherches, nous avons reçu un courrier officiel de l’avocat du propriétaire du château de la Rose qui confirme que dans l’acte de vente, une clause a été inscrite qui empêche la destruction du bien et que l’acheteur s’engage à le conserver."

En vente depuis plusieurs semaines, le bien n’a pas encore trouvé preneur mais le fait qu’il ne sera pas détruit doit certainement être perçu comme une bonne nouvelle pour les riverains du quartier du Chenois qui avaient peur de perdre l’un des bâtiments emblématiques de la commune. "Tout le monde peut être rassuré. Et même si le bâtiment n’a pas de réelle valeur architecturale, c’est un bien connu et important de la commune. Je voudrais également rappeler qu’il s’agit d’un bien privé." Par cela, Florence Reuter entend faire comprendre que la commune ne peut donc pas faire ce qu’elle veut non plus et que le château ne se situe pas dans un lotissement.

Quant à une éventuelle procédure de classement, on sait qu’elle serait longue et qu’il faudra encore du temps. D’ailleurs, elle n’est pas (encore) à l’ordre du jour. En attendant, c’est une bonne nouvelle puisque c’est acté dans un document officiel réalisé par un avocat : le château de la Rose ne pourra pas être détruit par son futur propriétaire !