Brabant Wallon La maison de repos de la cité du Lion pourrait proposer 20 chambres en plus

Face au vieillissement de la population, la maison de repos du Gibloux à Waterloo se devait de trouver des solutions innovantes. Et afin de pouvoir répondre à la demande sans cesse grandissante, il a été acter l’achat d’un terrain voisin à la maison de repos.

Il faut dire que les défis auxquels le Gibloux devra répondre à l’avenir sont importants. "Une mission de consultance a été confiée à Probis, une entreprise de services et de consultance spécialisée dans le domaine des soins de santé, explique Etienne Verdin, le président du CPAS. L’objectif était de pouvoir proposer au CPAS une ou des solutions de développement de son infrastructure d’hébergement des aînés sur ce nouvel espace."

Mais concrètement, à quoi peut-on s’attendre ? "La proposition qui a été faite est de construire sur le terrain récemment acquis le centre administratif du CPAS. L’espace libéré dans le bâtiment actuel serait alors transformé pour l’accueil des résidents."

Une opération qui présente plusieurs avantages, comme un coût de construction moindre, la limitation des déplacements des résidents, une réduction des espaces perdus dans le bâtiment actuel ou encore la possibilité de créer un espace dédié aux personnes désorientées. "En fonction des choix opérés, ce sont plus de vingt chambres supplémentaires qui pourraient être créées dans le bâtiment actuel", continue Etienne Verdin.

Ce futur nouveau bâtiment sera donc construit sur la nouvelle parcelle et une passerelle entre ce futur centre et le bâtiment du Gibloux sera construite. Coût total des travaux : trois millions d’euros ! Le chantier se déroulera en plusieurs phases afin de perturber le moins possible tous les résidents du Gibloux. "Ce projet de grande ampleur, nécessaire compte tenu de la liste d’attente actuelle pour l’entrée au Gibloux, sera le dossier majeur des prochaines années", conclut le président du CPAS de Waterloo.