Brabant Wallon A ses côtés, on retrouve Joyce Bunuel, Jean-François Balmer, Francis Lalanne, Isabelle de Hertog, Victoria Olloqui et Laurent Kerusore

Du 19 au 22 octobre, Waterloo déroule le tapis rouge pour la cinquième année consécutive à l'occasion du Waterloo Historical Film Festival (WaHFF). Huit films participeront à la compétition officielle et tous rêvent de décrocher le Clion du meilleur film de cette édition.

Mais pour juger des films, il faut un jury. Les sept noms qui le composeront sont désormais connus et officiel. Et on peut dire qu'il a fier allure.

Véronique Jannot

C'est dans la charmante ville d'Annecy, en Haute-Savoie, entre le lac et les montagnes, que Véronique Jannot voit le jour le 7 mai 1957. Une vie heureuse débute alors, entourée d'une maman grapho-psychologue, d'un papa représentant de commerce, et d'un grand frère "Servais". Véronique a donc déjà de l'expérience quand on lui propose son premier film : "le toubib". C'est alors que son chemin croise celui de Laurent Voulzy. De ce "coup de foudre-amical et de cet amour complice" va naître une chanson signée Alain Souchon (pour le texte) et Laurent Voulzy (pour la musique). "Désir, désir" que Véronique va interpréter avec Laurent sera le tube de l'été 1984. Arrive ensuite l'un des rôles les plus importants aux yeux de Véronique, joué en Algérie. C'est celui de Claire Boyer (jeune institutrice) dans "La dernière image", un film de Mohamed Lahkdar-Hamina

© DR


Joyce Buñuel

Elle a été mariée au réalisateur Juan Luis Buñuel, qui est le fils du célèbre réalisateur Luis Buñuel. Après de longues pérégrinations de Madrid à Mexico, le couple s'installe à Paris au début des années 60. Elle divorce après la réalisation de son premier film, La Jument-vapeur, en 1976. On lui doit deux autres longs métrages et, surtout, plusieurs épisodes de Maigret, Julie Lescaut, Nestor Burma, Commissaire Moulin, Madame le Consul, Capitaine Casta, le Juge est une femme, Soeur Thérèse.com et 17 épisodes de Clem, la série à succès portée par Victoria Abril.

© DR


Jean-François Balmer

A sa sortie du Conservatoire, il décroche des petits rôles dans R.A.S. (1973), sous la direction de Michel Deville, dans Le Mouton enragé (1974) aux côtés de Jean-Louis Trintignant, Jean-Pierre Cassel et Romy Schneider, et dans Peur sur la ville (1975) d'Henri Verneuil, auprès de Jean-Paul Belmondo. C'est le metteur en scène Jacques Bral qui lui permet à l'âge de trente-huit ans d'obtenir son premier grand rôle, en interprétant le détective Eugène Tarpon dans Polar (1984). Pour Jean-François Balmer, c'est enfin la reconnaissance du public ! Il poursuit avec L'Amour ou presque (1985) où il obtient le rôle principal, et offre une composition bluffante de Louis XVI dans La Révolution française (1989), s'imposant comme la grande révélation du film. En 2012, le comédien s'introduit Dans la maison de François Ozon, auprès de Fabrice Luchini et de Kristin Scott Thomas. Dans ce thriller, il incarne le proviseur d'un lycée, confronté à un élève qui entretient des rapports ambigus avec la famille qui inspire les personnages de ses rédactions.

© DR


Francis Lalanne

En plus de ses activités d'auteur-compositeur-interprète, Francis Lalanne a écrit plusieurs romans et recueils de poésie. Au cinéma, il a co-produit deux films ( Le Passage en 1986 et 3615 code Père Noël en 1990, tous deux réalisés par son frère René Manzor), a joué notamment dans le long métrage Marie de Nazareth de Jean Delannoy (1995) et a réalisé plusieurs courts métrages dont Sextine en 2005 avec Jean-Pierre Castaldi (avec qui il a joué dans le 5e épisode de la première saison de la série Les Aventures du jeune Indiana Jones en 1992 dans le rôle du Colonel Barc), Christian Décamps, chanteur et fondateur du groupe Ange et Fabrice Eboué.

© DR


Isabelle de Hertog

Après avoir terminé ses études au Conservatoire Royale de Bruxelles en 1999, Isabelle De Hertogh a démarré son parcours sur les planches, dans notamment «Les Bonnes», «L’écume des jours», «La cerisaie», «Nathan le sage», «27 remorques pleines de coton». Mais très vite le cinéma vient la chercher et elle tombe rapidement en Amour du 7ème Art. Depuis près de 15 ans, elle a vécu d’incroyables expériences comme l’inoubliable « Hasta la vista » de Geoffrey Enthoven qui a été ovationné et a remporté beaucoup de prix dans plus de 30 pays, dont le formidable prix du Public au Festival de l’Alpe d’Huez. Pour ne citer que certains longs métrages, elle a adoré ces moments de création passés aux côtés de Stéphane Libersky dans « Baby Balloon », Nicolas Bary dans « Les enfants de Timpelbach », « Le bonheur des ogres », et les très poétiques Abel et Gordon pour lesquels elle apparait avec beaucoup d’amitié dans « Lost in Paris ».Fin novembre 2016 sur les écrans dans le nouveau long métrage « La fille de Brest » d’Emmanuelle Bercot ! Début Février 2017 dans le long métrage de Jean François Davy « Vive la crise » une comédie assez délirante aux côtés de Jean Marie Bigard, Jean Claude Dreyfus, Lola Marois, Michel Aumont, Manue Boidron , Rufus, etc.

© DR


Victoria Olloqui

Actrice d’origine hispano-helvète, Victoria Olloqui a joué dans plusieurs films, dont « L’amour dure trois ans » de Frédéric Beigbeder, « Les garçons et Guillaume, à table ! » de Guillaume Gallienne, « Turf » de Fabien Onteniente et également dans « Celle que j’aime » d’Elie Chouraqui. En 2009, elle crée son groupe de musique « Les Chanteuses » et signe chez AZ Universal Music pour un album. Elle monte sur les planches du théâtre du Gymnase en 2013 dans « Une nuit au poste », comédie dramatique d’Eric Rouquette. Elle est à l’affiche du film de Frédéric Beigbeder «L’Idéal », sortie en juin 2016 et tourne prochainement dans le premier long métrage de François Valla « Versus », un thriller psychologique.

© DR

Laurent Kerusoré

Né le 27 juillet 1974, Laurent Keru­soré est un acteur français révélé au grand public grâce à son rôle de Thomas Marci dans la série à succès « Plus Belle La Vie », diffu­sée sur France 3. « Plus Belle La Vie » le place au rang des comé­diens de télé les plus popu­laires du PAF. Les télé­spec­ta­teurs s'attachent à ce person­nage qui affiche son homo­sexua­lité sans complexe. Artiste engagé, Laurent Keru­soré soutient d'ailleurs publique­ment la loi Taubira qui auto­rise le mariage entre personnes de même sexe ainsi que l'adop­tion pour les couples homo­sexuels.

© DR