Brabant Wallon Les travaux de rénovation et d’extension de l’école waterlootoise touchent au but

Huit millions d’euros de subsides, 250 places supplémentaires, près de deux ans de travaux, quatre échevins (Cédric Tumelaire, Alain Schlösser, Florence Reuter et Brian Grillmaier)… le projet de rénovation et d’extension de l’école de Mont-Saint-Jean à Waterloo est pharamineux.

Mais alors que les premiers élèves ont intégré leurs nouveaux locaux lundi dernier, il était temps de faire le point sur l’avancement du chantier. "Depuis que je suis entré en fonction, il y a un an et demi, nous avons procédé à la démolition de l’école et des anciens bâtiments par nos ouvriers communaux avant de passer la main à la société qui s’occupe du chantier, explique l’échevin de l’Enseignement, Brian Grillmaier. Un bâtiment a été complètement rénové alors que les classes de maternelles seront opérationnelles pour la rentrée de janvier. Pour le moment, ce sont les classes de première à cinquième primaire qui sont entrées dans leurs nouveaux locaux."

Mais bien évidemment, le chantier n’est pas encore terminé. "Il nous reste pas mal de finitions à réaliser, des travaux pour le local de gymnastique et celui de psychomotricité. Ensuite, il y aura la cour de récréation à réaliser avec des klinkers de différentes couleurs et l’agrandissement de la cuisine."

Des travaux qui étaient indispensables pour l’école de Mont-Saint-Jean. "Il y avait clairement un besoin de rafraîchissement, notamment au niveau de l’énergie car les préfabriqués, c’est un gouffre, reconnaît Brian Grillmaier. Grâce aux travaux, on se retrouve avec une école basse énergie avec des bâtiments passifs."

Une rénovation qui s’est couplée à un impressionnant agrandissement qui vise, à terme, 250 places supplémentaires au sein de l’établissement scolaire waterlootois. "Mais la transition se fera en douceur. L’idée, c’est d’avoir une nouvelle classe tous les ans donc cela représente 25 élèves supplémentaires par année. En procédant de cette manière, on peut gérer la transition plus facilement, notamment au niveau de la rénovation du réfectoire et de l’agrandissement de la cuisine."

Pour le moment, les élèves cohabitent donc toujours avec les ouvriers et les grues sur le chantier mais tout cela ne sera bientôt plus qu’un lointain souvenir. Et les premiers résultats laissent rêveur : parfois, on a même l’impression d’être à l’hôtel et pas dans une école !