Brabant Wallon Deux fois un an de prison avec sursis pour avoir escroqué une Napolitaine.

Giovanna, une habitante de la région de Naples qui voulait revendre sa Ferrari parce qu’elle connaissait quelques soucis techniques, a eu des contacts avec deux de ses compatriotes, dont un habitait à Rebecq.

En 2012, les deux hommes se sont rendus avec elle dans un garage de Waterloo, et il était convenu qu’ils la tiennent au courant de la suite des opérations. Et cela a commencé par une bonne nouvelle : la voiture a été achetée par un Belge, qui avait signé le contrat de vente et signé un chèque de près de 80.000 euros.

Puis sont venues les complications : des documents de la banque ING signalaient que le compte de l’acheteur n’était pas suffisamment provisionné mais qu’un huissier avait été mis sur l’affaire. Une arnaque : ING n’était pas intervenue dans cette histoire, les documents étaient faux et le soi-disant acheteur n’avait jamais voulu acquérir un bolide marqué d’un cheval cabré.

Entre-temps, les deux Italiens avaient fait réparer la voiture et ont signalé au garage qu’ils l’avaient vendue à une société, dont un responsable devait passer pour en prendre livraison. Ils ont empoché au passage plus de 50.000 euros.

La Napolitaine a déposé plainte et les explications des deux gaillards aux enquêteurs n’ont pas vraiment convaincu. Ils ne sont pas venus les réexpliquer devant le tribunal correctionnel, à Nivelles, où ils étaient cités. Ils écopent chacun d’un an de prison avec sursis, d’une confiscation de plus de 25.000 euros, et devront dédommager la victime pour 80.000 euros.