Brabant Wallon Plus qu’un simple pont pour piétons, c’est une vraie promenade qui sera créée

Dans le cadre des travaux (en cours) du hall culturel polyvalent, les autorités communales de Wavre avaient un temps imaginé relier la future infrastructure au centre de Wavre par une impressionnante passerelle.

Mais au fur et à mesure de l’évolution du dossier, il est rapidement apparu qu’il serait sans doute plus judicieux de déplacer cette passerelle à proximité de la gare pour lui ajouter une destination pratique : celle d’en desservir les quais.

La passerelle qui sera construite le sera donc à hauteur de la Maison des Tec et débouchera, de la rue de l’Ermitage, à l’emplacement de l’actuelle friterie, sur la place Henri Berger. "Le dossier a mis du temps à germer, précisent les architectes d’Ade Montois. La complexité du projet est singulière car, du côté de la rue de l’Ermitage, on se situe plus haut qu’au niveau de la gare. Il faut aussi passer au-dessus du chemin de fer. Résultat : on a une déclivité importante du côté de la gare et peu importante du côté de la rue de l’Ermitage."

Cette passerelle permettra de relier les futurs bâtiments que sont le hall polyvalent mais également la future piscine et les nouveaux parkings, qui doivent encore être aménagés.

Au total, trois ascenseurs permettront d’accéder à cette passerelle, dont un permettant de descendre sur les quais de la gare. "Dans le cadre de Wavre 2030, l’objectif est de créer des promenades dans le centre-ville. On s’est dit qu’il fallait aménager les 215 mètres entre la future passerelle et le hall polyvalent pour créer une promenade verte : les gens sortiront du hall culturel ou de la piscine, se promèneront le long des voies aménagées en promenade végétalisée jusqu’à la passerelle pour rejoindre le centre-ville."

Si les passerelles ne seront pas accessibles en roulant à vélo (il faudra passer par le passage à niveau à proximité), il sera toujours possible de monter à pied avec son vélo ou en chaise roulante par les ascenseurs.

Aujourd’hui, l’étude est finalisée et la demande de permis devait être introduite à la fin juin. Une enquête publique devrait avoir lieu d’ici la fin de l’année. Et les travaux, qui devraient durer entre 6 et 8 mois, pourraient débuter au printemps 2019.