Brabant Wallon Ce dispositif permettrait d’empêcher des terroristes de foncer dans la foule

Pour protéger l’espace public, faut-il avoir recours à des barrières bélier ? À Wavre, c’est désormais le cas. Et il faudra s’y habituer car elles feront partie du paysage urbain, lors de grands rassemblements ou événements.

Ces dispositifs anti-voitures ou camions bélier ont fait leur apparition il y a plusieurs années. D’abord en Israël, puis peu à peu en Europe suite aux multiples attentats de l’année 2016 que l’on a connus.

Cette barrière mobile et modulable permettrait de stopper complètement un camion fou, en quelques mètres à peine.

Avec l’avantage de pouvoir être déployée en sept minutes chrono. "C’est son gros point fort, nous indique Christian Goffinet, commissaire pour la zone de police à Wavre. Imaginons un grand événement comme la braderie annuelle. Si vous installez ce type de barrière et qu’un camion de pompier doit entrer dans le périmètre de sécurité, on peut facilement déplacer cette barrière bélier. Par contre, si vous installez des blocs de béton, cela prend beaucoup plus de temps. Car on doit faire appel à une grue et un camion pour les déplacer. On perd du temps. Le temps de former le 112, la barrière est déplacée."

D’ailleurs, si vous vous êtes baladé lors de la dernière braderie, vous avez probablement déjà vu ce type de barrière. "Les tests étaient concluants, d’autant plus que la braderie est étendue sur un large périmètre. Au-delà de la rapidité d’installation, une barrière bélier permet de stopper une voiture ou un camion sur une distance de 20 mètres car la barrière démolit le moteur du véhicule. J’ajoute que ce dispositif sera utilisé pour de grands événements. On n’installera pas ce type de barrière pour le marché hebdomadaire, par exemple", conclut Christian Goffinet.

Ce retour positif a poussé les autorités politiques a débloqué un (important) montant de 314.000 euros pour l’achat de matériel de ce type. En Wallonie, la commune de Mons a déjà utilisé ce type de barrière pour la fête du Doudou.

En Brabant wallon, Wavre est la première commune à investir dans ce matériel anti-attentats.