Bruxelles

Le nombre de vols et d’extorsions physiques est en diminution, contrairement aux escroqueries en ligne.

Vols dans les magasins, dans les restaurants, sur la voie publique ou dans les habitations. Chaque année, la police dresse des milliers de procès-verbaux pour des cas de faits d’extorsion ou de vol, avec ou sans violence, en Région bruxelloise.

Ainsi, ce sont 63.324 faits qui ont été enregistrés l’année passée, soit une diminution de plus de 8 % par rapport à l’année 2015, selon des chiffres communiqués par la police fédérale. Une diminution constatée dans les six zones de police bruxelloises qui s’explique par de nombreux facteurs. "Nous avons renforcé le nombre de patrouilles dans notre zone. La police est donc plus visible sur l’espace public, ce qui dissuade les fauteurs de trouble de passer à l’action. De plus, les sociétés implantées sur notre territoire sont quasiment toutes dotées de matériel de sécurité toujours plus performant", explique Johan Berckmans, porte-parole de la zone Ouest (Molenbeek, Ganshoren, Jette, Koekelberg, Berchem), dans laquelle 8.375 faits ont été recensés l’année passée.

Concernant les autres types de vols, comme ceux commis dans l’espace public, il peut s’agir de cas isolés ou de faits commis par des bandes organisées. "On constate, lors de faits de vol, que les empreintes digitales relevées sont enregistrées dans des bases de données de pays étrangers. On peut alors démanteler des bandes organisées ou itinérantes qui sévissent à un endroit avant de partir dans une autre ville. Grâce au système de base de données toujours plus performant, on peut plus facilement arrêter les voleurs".

Même constat du côté de la zone Marlow (Uccle, Auderghem, Watermael-Boitsfort) où on enregistre une diminution du nombre de cas de vol et extorsion de plus de 5 % entre 2015 et 2016. "La tendance à la diminution continue depuis 2011. Cela s’explique notamment par la présence des militaires dans la zone et l’augmentation du nombre de caméras installées dans l’espace public, ce qui permet de plus facilement interpeller les voleurs", dit Laurent Masset, porte-parole.

Preuve de la diminution sensible des faits de vol : seuls 2 vols à main armée ont été commis dans des commerces de la zone cette année contre 70 faits en 2008 ! "On constate également un accroissement de la vigilance des citoyens en cas d’agissements suspects. Ils contactent en effet très rapidement la police qui intervient alors pour constater un flagrant délit", ajoute Laurent Masset.

Mais il serait utopique de penser que tous les faits de criminalité sont en baisse. "On constate toutefois une délocalisation de la criminalité physique vers la criminalité virtuelle avec beaucoup plus de faits d’escroquerie en ligne, des fraudes au paiement ou ce genre de délits".