Bruxelles

Les ponts bruxellois sont en relatif bon état. Seuls deux sont classés comme "dangereux".

Cet après-midi en commission Infrastructures du parlement bruxellois, le ministre bruxellois en charge des Travaux publics a présenté le plan pluriannuel ponts et viaducs du gouvernement. 

"Aucune nouvelle mise en évidence de pont nécessitant une catégorisation de type A2 (ouvrage dangereux, NDLR) nécessitant une limitation ou une interdiction de la circulation n’a été constatée", détaille le rapport mené par Bruxelles Mobilité. Dans leur rapport, les experts insistent par ailleurs "sur la nécessité de contrôler, rénover et améliorer l’étanchéité de la plus part des ponts et de contrôler (vu l’âge des ponts) l’état (la carbonatation) du béton." Néanmoins, "certains ouvrages nécessitent des "investigations complémentaires", notamment au niveau de l’étanchéité et de diverses pathologies touchant la structure (appuis, béton, etc).

Sur les 92 ouvrages d’art inspecté, seuls deux présentent une dangerosité effective : le pont de la Petit Île et la rampe tram du pont Van Praet. Victime de "problèmes importants touchant la structure portante", le premier a été fermé à la circulation en 2014 déjà. Une étude est en cours pour sa reconstruction, prévue pour cette année. La rampe tram du pont Van Praet présente elle aussi des "problèmes touchant sa structure portante". Une étude de réparation est en cours. Plus célèbre de nos viaducs, de part sa longueur mais aussi via sa fraîche actualité, le viaduc Herrmann-Debroux présente – on le sait - "une importante corrosion des armatures d’un caisson" qui n’a pas nécessité de fermeture à long terme.

Huit ponts présentent quant à eux des "défauts cachés ou un passé pathologique" (classification D). Il s'agit des pont Watermael, Gros Tilleul, Paepsem et Pacheco. Dix présent des "défauts évolutifs" (classification B) : Trois Fontaines, Herrmann-Debroux, Expo 58, Grey-Couronne, place des Armateurs, Van Praet, Charles Quint, Pont 30, etc. Tandis que x ponts présentent des défaut de moyenne importance : Beaulieu, square de Trooz, Cureghem, Watermael, Gosselies, Ropsy-Chaudron, Sainctelette, Porte de Ninove, Porte de Flandre pour ne citer qu'eux. Plus largement, la très grande majorité des ponts bruxellois nécessitent divers travaux d'entretien. Les deux seuls "sans défaut" (classification F sont les ponts Hulpe-SNCB et Laeken.

Plusieurs chantiers seront d'ailleurs menés dans les plus brefs délais. Citons par exemple le pont Petit Château, qui bénéficiera de garde-corps aujourd’hui inexistants ou la pose de filets en intrados sur le pont du boulevard Sylvain Dupuis à Anderlecht.

"C’est un travail important qui vient d’être accompli, en effet entre 2016 et 2017, l’ensemble des ponts et des viaducs de la Région bruxelloise ont été inspectés par des experts indépendants. Se basant sur la méthodologie adoptée en 2016 pour l’élaboration du Programme Pluriannuel d’Investissement pour les tunnels", déclare le ministre SP.A Pascal Smet. "Nous avons en effet chargé Bruxelles-Mobilité de rédiger un PPI pour les ponts et les viaducs. Celui-ci a officiellement été présenté au parlement cette après-midi après avoir été validé par le Gouvernement en décembre. La Région dispose désormais d’une carte d’identité pour les 138 ouvrages d’art de la capitale. Nous savons dans quel état sont nos ponts. Nous disposons désormais d’un programme pour leur entretien et leur rénovation. Les ponts doivent, dans les années à venir, faire l’objet d’un entretien et d’un monitoring pour éviter une réédition de la problématique des tunnels. Nous prenons nos responsabilités aujourd’hui et pour les années à venir."

Entre 2018 et 2021, le gouvernement bruxellois va investir 24 millions d’euros pour les inspections, les travaux de sécurité, les travaux d’entretien et de réparation de nos 92 ponts et viaducs.